Nantes Rezé s'offre un gros

David Phelippeau

— 

C'était le premier match de Lindsay Taylor, qui a inscrit neuf points, hier soir.
C'était le premier match de Lindsay Taylor, qui a inscrit neuf points, hier soir. — F. ELSNER / 20 MINUTES

Le NRB peut encore rêver à l'Euroligue à cinq matchs du terme. Du moins, en s'imposant (72-65) hier soir à Beaulieu contre Tarbes, le champion de France sortant, le club du président Frère (5e de Ligue) préserve ses chances de finir dans le Top 3. Le NRB n'a pas son destin en mains mais tout reste possible. C'est d'ailleurs ce que souffle l'entraîneur nanto-rezéen à l'issue d'un match très disputé : « On se doit de rester invaincu à domicile si on veut croire à notre objectif... »

A Bourges dimanche
Pour le réaliser, les filles de Nantes Rezé devront surtout élever leur niveau de jeu par rapport à celui affiché, hier soir, contre une formation privée tout de même de trois joueuses majeures (Lo, Dubjlevic et Cata Chitiga). « Si elles avaient été au complet, ça aurait été difficile de les battre, reconnaît même Laurent Buffard. Mais en jouant pas très bien, on a gagné. Ce match, en début de saison, on l'aurait perdu.»
On a bien cru à la fin du troisième quart-temps que le NRB l'avait perdu, après avoir subi un gros éclat (13-23) et avoir montré des signes de faiblesse et de fatigue inquiétants dans le troisième acte. « Mais on n'a jamais paniqué, on a réussi à gérer nos temps faibles », insiste la meneuse Caroline Aubert, très fatiguée. Mais surtout, le NRB peut tresser des lauriers à Yuliya Andreyeva qui a sorti sa formation de son faux-rythme en enfilant trois paniers primés dans le dernier quart-temps et en offrant quasiment à elle seule un succès capital avant un déplacement périlleux à Bourges, le leader, dimanche.