Entretien avec Frédéric Dehu, défenseur à l’OM.

© 20 minutes

— 

Ecarté du groupe en début de saison, vous êtes redevenu depuis deux mois un cadre de la défense olympienne. Cette mauvaise passe est définitivement oubliée ? Cette mise à l’écart m’a permis de faire une analyse sur mon début de Championnat, de prendre du recul sans perdre confiance. J’ai continué à travailler. Malgré l’âge [33 ans], je sais ce que je suis capable de faire et le travail a fini par payer. Quel regard portez-vous sur les performances des deux nouvelles recrues, Toifilou Maoulida et Jérôme Bonnissel, alignées dimanche en Coupe de France face au Havre (4-0) ? Ce sont des joueurs qui peuvent nous apporter énormément sur la deuxième partie de saison, on l’a vu dimanche. Pour leur premier match, ils ont montré de la présence, notamment en seconde période où ils ont joué plus libérés. En ce qui concerne Toifilou, il a été recruté pour son jeu en profondeur similaire à celui de Mamadou Niang. Ce qui va nous permettre de conserver notre schéma de jeu collectif, basé sur la vitesse et la profondeur. Demain l’OM (7e) se déplace chez Lyon, lors de la 21e journée de L1. Avec ou sans complexe ? On ne fait pas de complexe face à Lyon parce qu’on n’a rien à perdre. Cette équipe survole le Championnat. Elle est plus forte que nous, mais on ne va pas là-bas pour limiter la casse. Ce n’est pas notre mentalité. On va à Lyon pour obtenir le meilleur résultat possible, d’autant que de notre côté on a envie de recoller à la deuxième place. Recueilli par Sandrine Dominique