gomis, l'europe comme revanche

romain baheux

— 

L'ailière Johanne Gomis  ( en rose) ici à la lutte avec la Villeneuvoise Ingrid Tanqueray.
L'ailière Johanne Gomis ( en rose) ici à la lutte avec la Villeneuvoise Ingrid Tanqueray. — M.libert / 20 minutes

Si Arras dispute ce soir (18 h) la finale aller de l'Eurocoupe sur le parquet des Israéliennes de Ramla, l'équipe peut dire un grand merci à Johanne Gomis. Il y a deux semaines, en demi-finale retour contre Chevakata (67-67), l'ailière internationale s'est fendue du panier décisif à la dernière seconde. « C'est trop flatteur de dire que c'est grâce à moi qu'on en est là, rit-elle. On avait su réaliser un bon match à Arras (67-66) », rectifie celle qu'on surnomme « Jo ».
Sa modestie, elle la doit à son automne difficile. D'abord écartée de l'équipe de France pour le Mondial puis réintégrée à la suite de la blessure de son homonyme villeneuvoise Emilie, Gomis avait été assignée en bout de banc. « Johanne est revenue de sélection avec un mental en carton. Elle ne veut pas l'avouer, mais elle n'a pas compris pourquoi elle a eu moins de temps de jeu que d'autres. Il a fallu travailler avec elle sur le plan de la confiance », se souvient l'entraîneur arrageois Bruno Blier.

Très surveillée en France
Jo s'est alors refait la cerise petit à petit, renforcée par ses bonnes prestations en Eurocoupe. Meilleure interceptrice de la compétition (3,9 par match en moyenne), Gomis consent se sentir plus à l'aise lors des joutes continentales. « Le niveau de la Ligue Féminine est très bon, on a plus de mal que la saison dernière en championnat. Personnellement, je suis aussi plus attendue en France qu'en Eurocoupe. » Les choses devraient vite changer.

ramla, un adversaire coriace

Arrivé en finale pour sa première participation à une coupe d'Europe, Arras est désormais au pied de la montagne Ramla. En tête du championnat israélien, l'adversaire des Arrageoises, qui compte pas moins de six Américaines dans son effectif, partira favori de cette finale. Arras a 80 minutes pour prouver le contraire.