Eric Abidal face au cancer

— 

Le latéral gauche Eric Abidal.
Le latéral gauche Eric Abidal. — A. REAU / SIPA

La nouvelle est tombée sous la forme d'un communiqué laconique, mais elle a fait l'effet d'une bombe dans le monde du ballon rond. Eric Abidal, pas encore 32 ans, va être opéré d'une tumeur du foie – aujourd'hui finalement.
Rien ne filtre sur la nature exacte de la maladie du défenseur des Bleus. Mais les informations disponibles orientent vers deux possibilités : un cancer ou une tumeur bénigne. Côté cancer, « le carcinome hépatocellulaire représente 90 % des tumeurs primitives du foie. Il concerne 7 000 à 8 000 nouveaux cas par an en France », indique le professeur Olivier Rosmorduc, hépatologue à l'hôpital Saint-Antoine. Les autres types de tumeurs primitives sont très rares. Quant aux tumeurs bénignes, elles ne nécessitent pas d'intervention, alors qu'Abidal va être opéré.
Les chirurgiens vont procéder à l'ablation de la lésion, mais aussi d'« une large fraction du foie autour ». Les médecins devront ensuite analyser le tissu malade pour envisager la suite de la prise en charge. « Le foie se régénère d'autant plus facilement qu'il n'y a pas de cirrhose et retrouve, en principe, une fonction normale », explique l'hépatologue. Sans séquelles, la carrière d'Eric Abidal ne serait donc dans ce cas pas menacée. Mais « le principal risque est la récidive », prévient Olivier Rosmorduc. « Dans certains cas, on peut proposer au patient une greffe hépatique pour traiter ces tumeurs », ajoute le spécialiste. Une intervention lourde, dont les suites sont difficilement compatibles avec le sport de haut niveau. Mais Eric Abidal n'en est pas là.Julien Ménielle