Chute fatale pour Andy Caldecott

© 20 minutes

— 

Les motards ont payé une nouvelle fois un lourd tribut à l’histoire du Dakar après le décès accidentel de l’Australien Andy Caldecott, hier lors de la 9e étape entre Nouakchott et Kiffa (Mauritanie). Sinistre hasard, l’an dernier, deux pilotes moto, Meoni et Perez, s’étaient tués dans la spéciale qui menait aussi à Kiffa. Selon les organisateurs, Caldecott, vainqueur de la 3e étape, est mort après une chute très violente au 250e km d’un tracé qui en prévoyait 874. « Il a été victime d’un traumatisme aux cervicales. C’est tout ce que je sais. Les médecins n’ont malheureusement pu que constater le décès d’Andy Caldecott survenu, selon eux, sur le coup », annonçait Etienne Lavigne, directeur de course. Agé de 41 ans, Andy Caldecott s’était classé 6e du Dakar l’an passé, mais ne devait pas initialement prendre le départ en 2006. « Il voulait vraiment courir le Dakar et il en a eu la possibilité au dernier moment dans mon équipe après que Jordin Duran se fut blessé. On ne peut pas changer le destin. Le risque existe toujours », regrettait Jordi Arcarons, patron de l’écurie KTM. Depuis 1979, Caldecott est le 23e concurrent à se tuer dans le Dakar, malgré les modifications constantes du règlement. « Cette année, on a imposé une limite de vitesse et réduit l’autonomie des motos pour qu’elles soient plus légères. Malheureusement, l’accident mortel peut arriver à des vitesses peu élevées », concédait Lavigne. C. Dautel

Pujol Le motard espagnol a été victime de deux chutes hier et a du être héliporté vers un centre médical. « Ses jours ne sont pas en danger », a indiqué l’organisation.