Calais frappe une nouvelle fois

© 20 minutes

— 

Pour leur entrée en lice en Coupe de France, les clubs de Ligue 1 ont, comme le veut une tradition désormais bien établie, beaucoup souffert. Si Le Mans, Saint-Etienne et Nancy sont tombés contre des équipes de leur niveau (Lens, Lille et Strasbourg), Troyes a par exemple été victime d’un revenant, Calais. La formation nordiste, qui évolue en CFA (soit trois divisions en dessous), s’est imposée 3-2 après prolongations et peut encore rêver de l’épopée 2000, qui l’avait vue atteindre la finale. « Il n’y a pas grand-chose de comparable avec un bonheur comme celui-là », confie l’attaquant calaisien Djezon Boutoille, qui a pourtant disputé la Ligue des champions avec Lille. Dans un scénario similaire, une autre formation de CFA, Lyon-La Duchère, a sorti Toulouse (2-1), grâce à un but dans les arrêts de jeu. Nice n’a pas pu tenir aussi longtemps face à Brest (Ligue 2), et s’est incliné 3-0 en Armorique. « On avait les dents longues. Ce n’est jamais évident de venir chez une L2 en Coupe, et le score est même sévère », s’excuserait presque le gardien brestois Steeve Elana. Sochaux et Rennes ont eux aussi failli passer à la trappe, ne se qualifiant que dans les derniers instants face à deux formations de CFA 2, Oissel et Corte. En revanche, les ténors du Championnat de Ligue 1 sont tous passés. Les huit premiers du classement ont tenu leur rang. La prime de l’offensive est revenue à Monaco, victorieux 6-0 sur le terrain de RhôneVallée, avec à la clé un quadruplé de David Gigliotti et un doublé du jeune milieu (18 ans) Serge Gakpe. Gaël Anger

Petit Poucet Le Petit Poucet des 16es de finale se nomme désormais Colmar. La formation alsacienne, qui évolue en CFA 2, s’est qualifiée en s’imposant 2-1 sur le terrain de son voisin de Saint-Louis Neuweg (division d’Honneur).