Marseille: Le grand soir de Steve Mandanda

FOOTBALL De retour à un bon niveau depuis plusieurs semaines, le portier marseillais aura un rôle majeur sur la pelouse d'Old Trafford...

— 

Steve Mandanda, le 27 septembre 2010 à Londres
Steve Mandanda, le 27 septembre 2010 à Londres — P.Hackett / REUTERS

Pour un gardien à qui on promet un vrai bombardement, il n’a pas l’air franchement tendu. Avant de défier Manchester United sur sa pelouse pour une place en quart de finale de la Ligue des champions, Steve Mandanda commence à se trimballer un joli bagage européen. Alors le premier avis de tempête ne le fera pas plonger la tête la première dans une dépression profonde. L’armada mancunienne risque de lui donner du travail comme rarement il en a eut? «Sincèrement, je ne sais pas comment le match va se passer. Peut-être que je serai sollicité, peut-être pas. En tout cas, je me prépare comme d’habitude», souffle l’ancien Havrais.

«Je ne sens pas les mecs plus tendus que d’habitude»

Oui, Manchester «inspire énormément de respect», mais «pas de crainte». Steve Mandanda commence à avoir le cuir épais. Tellement épais que certains l’ont vu revenir ces derniers mois au niveau d’Hugo Lloris, son grand rival en équipe nationale. Forcément, dégoûter Berbatov, Nani et Rooney dans une seule soirée, ça peut le tenter. Histoire de rappeler que le Lyonnais n’est pas forcément un titulaire à vie chez les Bleus. Lui consent juste à évoquer cette «volonté de créer l’exploit, parce que ça en serait un. Mais je ne sens pas les mecs plus tendus que d’habitude», assure Steve Mandanda.

Remplaçant de Van der Sar?

Il garde les cages de l’OM depuis 2007, et les premières rumeurs concernant son départ sont apparues ces derniers jours. Pas du tout par hasard, puisque la presse anglaise le voit déjà remplacer Edwin Van der Sar dans les cages des Red Devils l’an prochain. Une équipe «qui peut créer des choses incroyables à tout moment», remarque Mandanda. Comme une rumeur de transfert bidon pour asticoter le gardien adverse?