Ligue des champions: Marseille va tenter l'exploit à Manchester

© 2011 AFP

— 

Marseille va tenter l'impossible exploit mardi à Manchester en 1/8e de finale retour de la Ligue des champions. Une qualification serait une première depuis 1993 pour le club français. Mais dans chaque secteur du jeu, les duels s'annoncent âpres.

Le grand défi de Gignac devant Vidic. Considéré comme l'un des meilleurs défenseurs centraux du monde, le Serbe Nemanja Vidic, 29 ans, avait survolé le match aller, tranchant dans ses duels. Très solide physiquement (1,88 m, 84 kilos), sa présence dans le jeu aérien lui permet d'être aussi une menace sur les coups de pied arrêtés (4 buts dont 3 de la tête cette saison) et le naufrage de la défense de MU à Liverpool (3-1) en son absence a mis en évidence son influence. Il n'aura pas cette fois Brandao face à lui, mais Gignac. Un sacré défi pour l'ancien Toulousain, contraint de délaisser le flanc gauche pour retrouver l'axe de l'attaque. De retour en compétition contre Lille, l'attaquant marseillais, légèrement touché à la cheville à Rennes vendredi, n'avait pas pris part à la première manche, trahi par ses adducteurs alors qu'il revenait fort. Mais dans un contexte hostile, il passera mardi le plus gros test de sa saison.

Mandanda-Rooney, le calme face au feu. Si l'on se fie à son nombre de buts (7) depuis le début 2011, l'attaquant anglais paraît être revenu à son rythme de croisière après un début de saison calamiteux. Moins tranchant cependant, il a changé un peu de registre, devenant distributeur (11 passes décisives en Premier League) autant que buteur. Irrégulier, il est passé à côté de certains matches, comme à Liverpool. Mais s'il pèse moins sur la durée, Rooney reste capable d'éclairs de génie, comme son retourné expédié dans la lucarne de Manchester City il y a un mois, ou encore sa frappe sèche de 20 mètres devant Chelsea avant la révolte des "Blues" (2-1). Mandanda connaît ce danger-là. Sûr dans ses sorties au Vélodrome, il avait donné le change aux attaquants de MU. Fébrile sur le premier but de Hazard contre Lille, le capitaine marseillais demeure une valeur sûre de l'équipe, manquant rarement ses sorties en Ligue des champions. A Rennes vendredi, il s'est de nouveau montré rassurant, notamment dans ses sorties aériennes.

Carrick-Mbia, milieux rugueux. A l'aise quand MU domine grâce à sa qualité de passe, Carrick souffre dès que l'adversaire met la pression et dévoile ses lacunes défensives, comme lors des deux défaites à Liverpool et Chelsea. L'absence de Nani (qui devrait être de retour mardi mais pas forcément comme titulaire) et la petite forme de Paul Scholes l'ont conduit à des responsabilités accrues dans la création offensive, un domaine dans lequel il n'a vraiment pas brillé cette saison (0 passe décisive, 0 but). Repositionné avec bonheur milieu défensif à Nancy puis à Rennes, son poste d'origine, pour pallier la baisse de régime de Cissé, Mbia a de quoi lui bloquer le chemin, par sa puissance, son impact physique et sa vitesse. D'autant que l'international camerounais rêve de porter un jour le maillot des Red Devils, ce qui devrait nourrir un peu plus sa motivation...