Les Canaris tombent dans le piège rennais

© 20 minutes

— 

Historique. Le Stade Rennais n’avait plus gagné en terre nantaise depuis la saison 1964-1965. Hier soir, ils ont mis fin cette malédiction. Les Rennais (10es) se sont imposés 2-0 face aux Canaris (13es) à la Beaujoire, à l’occasion de la 20e journée de L1. Bien que dominateurs dans le jeu, les Nantais ont subi le froid réalisme des Rouge et Noir. La partie débutait par un long round d’observation. Il fallait ainsi attendre le quart d’heure de jeu pour assister à une occasion digne de ce nom. Claudiu Keserü s’extirpait du marquage de deux Rennais, mais l’attaquant roumain frappait trop à droite du but de Simon Pouplin (14e). A la 22e minute, les Jaune et Vert, plus entreprenants jusqu’ici, se créaient deux occasions. Par Milos Dimitrijevic sur coup franc, puis sur une belle frappe de Jérémy Toulalan, bien stoppée par le portier rennais Simon Pouplin. Peu en vue, les Bretons sortaient de leur réserve et ouvraient même le score sur leur première action dangereuse. Le milieu de terrain Kim Kallström éliminait Loïc Guillon sur le côté gauche et centrait pour Etienne Didot, qui trompait Mickaël Landreau (0-1, 29e). Les hommes de Serge Le Dizet ne tardaient pas à réagir. Dans la minute suivante, Dimitrijevic était séché par Grégory Bourillon en pleine surface de réparation et obtenait logiquement le penalty. Keserü le frappait, mais Pouplin se détendait bien pour le stopper. Vexés, les Nantais faisaient le siège du but breton sans réussite jusqu’à la mi-temps. Dès le début de la seconde période, Habib Bamogo, qui avait remplacé en fin de première mi-temps Mamadou Diallo blessé, échouait de peu devant Pouplin (49e). Malgré une nette emprise ligérienne, ce sont les Rennais, une nouvelle fois très réalistes, qui allaient doubler le score. Sur un ballon en profondeur de Kallström, Mauro Cetto déviait malencontreusement le ballon qui revenait dans les pieds de l’attaquant breton John Utaka. Une aubaine pour le Nigérian, qui battait de près Landreau (0-2, 69e) et mettait fin aux derniers espoirs nantais. David Phelippeau