Christophe Fouquet se reprend aux Jeux

© 20 minutes

— 

Jamais deux sans trois. Après Nagano en 1998, puis Salt Lake city en 2002, le Nantais Christophe Fouquet devrait participer à ses troisièmes JO, du 10 au 26 février, à Turin (Italie). Un exploit pour cet ancien sprinteur (100 m et 200 m), arrivé au bobsleigh au hasard d’une annonce parue dans le journal L’Equipe, en 1997. « La fédération cherchait des pousseurs. J’ai été convoqué pour des tests et, un an plus tard, je remportais une médaille de bronze aux Jeux de Nagano, en tant que remplaçant. » Des pistes en tartan aux pistes en béton, d’Ancenis – la ville où il a grandi – à Cortina d’Ampezzo, Christophe Fouquet n’a pas traîné à s’adapter à la Formule 1 de la glace. « Mon passé d’athlète et mon gabarit [1,80 m pour 100 kg] me permettent d’allier vitesse et force, qualités requises pour un pousseur », assure ce fonctionnaire de police âgé de 31 ans. Patrick Faure, directeur des équipes de France de bobsleigh depuis 1999, confirme : « Après une période d’intégration, Christophe s’est imposé comme l’un des meilleurs bobeurs français. » Champion d’Europe en 1998, champion du monde en 1999, cinquième des Jeux en 2002, Fouquet est désormais tourné vers Turin. Il devrait y être aligné en bob à deux et bob à quatre, en compagnie du pilote Bruno Mingeon, avec qui il occupe le 16e rang de la Coupe du monde. « Nous sommes loin de notre potentiel car nous ne sommes pas encore au point, en termes de matériel et de condition. » Des tests physiques, jusqu’à jeudi, les championnats de France, samedi et dimanche à La Plagne, et les championnats d’Europe, dans deux semaines à Saint-Moritz (Suisse), devraient permettre à Fouquet et ses partenaires de se régler. Morgan Kervella