Julien Pressac participera cette année au championnat du monde juniors de rallye

© 20 minutes

— 

La voie royale. En s’engageant cette année avec Citroën dans le championnat du monde juniors de rallye WRC, Julien Pressac se rapproche doucement de son rêve : affronter sur la route Marcus Grönholm, Markko Martin et Sébastien Loeb, lui-même ancien champion du monde juniors. Dès la fin mars, ce Vendéen de 25 ans participera à six des seize manches du calendrier, au volant d’une Citroën C2 super 1600, gérée par l’équipe PH Sport. Au programme figureront les rallyes de Catalogne, de Corse, de Sardaigne, de Finlande, d’Allemagne et de Turquie. Avec en tête un objectif principal : « apprendre ». Ambitieux, Julien Pressac trouve « intéressant de mettre un pied dans la maison Citroën, dans la perspective de leur retour à la compétition au plus haut niveau en 2007 ». Né dans la voiture de ses parents en route vers la maternité de La Roche-sur-Yon, ce fils d’un ancien pilote amateur a toujours été en contact avec le monde automobile. Il a fait ses classes sur piste puis sur route. Présent sur de nombreux podiums dans les courses de Formule Renault et de Formule 3 dans différentes catégories d’âge, il a remporté la saison passée le titre final du challenge Citroën C2, en gagnant quatre des cinq rallyes auxquels il a participé. « Rigoureux et méthodique » aux dires de ceux qui l’entourent en compétition, Julien Pressac ne manque pas une occasion de progresser. Il passe beaucoup de temps à visionner les images tournées par sa caméra embarquée pour corriger la moindre erreur. Nullement intimidé, il a un jour appelé Sébastien Loeb, double champion du monde WRC, pour recueillir ses conseils : « Il m’a expliqué pendant trois-quarts d’heure son système de notes pour les reconnaissances de spéciales. » A la fin de l’année 2005, il a également couru aux côtés du copilote Stéphane Prévot, qui affiche plus de cent rallyes de championnat du monde au compteur. Outre son expérience mondiale, Julien Pressac devrait s’inscrire en 2006 au championnat de France sur asphalte, afin d’engranger un maximum d’expérience. Le budget nécessaire pour ces deux programmes s’élève à plus d’un million d’euros, pris en charge à 70 % par Citroën. Pour financer le reste, celui qui se définit pour l’instant comme « professionnel bénévole » s’appuie sur un réseau fidèle de chefs d’entreprise vendéens passionnés de mécanique. Jérôme Jolivet

Christian Pressac, père de Julien Ce qui me bluffe, c’est qu’à 5 ans, il voulait déjà être pilote. Son instituteur nous avait dit que ce n’était pas sérieux. Mais il n’a jamais douté et ça a payé. Bruno de Quillacq, premier mécanicien Julien s’implique énormément dans le développement du véhicule. Il a une approche très fine des réglages et est aussi à l’aise sur terre que sur asphalte. Bernard Piallat, dirigeant de PH Sport Vu son jeune âge, son expérience et son talent, c’est un pilote très prometteur. Mais sa plus grande qualité, c’est qu’il ne laisse jamais rien au hasard et travaille d’arrache-pied pour faire fructifier son talent.