Ligue des champions 1993: nouvelles accusations de Hateley contre l'OM

FOOTBALL L'ancien joueur anglais des Glasgow Rangers affirme que les Marseillais lui ont proposé de l'argent pour qu'il ne joue pas...

© 2011 AFP

— 

Bernard Tapie, alors président de l'OM, est fêté par ses joueurs après la victoire contre le Milan AC, le 27 mai 1993

    
        
             
Bernard Tapie, alors président de l'OM, est fêté par ses joueurs après la victoire contre le Milan AC, le 27 mai 1993   — TSCHAEN/SIPA

L'ancien joueur anglais des Glasgow Rangers Mark Hateley a affirmé qu'on lui avait proposé de l'argent pour ne pas affronter Marseille dans un match décisif de la Ligue des champions en avril 1993, année du sacre de l'OM, dans une interview à la chaîne britannique ITV. «C'était une personne parlant français, qui m'a offert une grosse somme pour que je ne joue pas. Cela désigne une personne, ou des personnes, qui travaillaient au club et ne voulaient pas que je joue", a dit l'ex-attaquant international dans l'entretien diffusé mercredi.

La journée précédant le déplacement à Marseille, Hateley a été exclu, sévèrement selon lui, lors du match contre les Belges de Bruges et n'a donc pas pu jouer contre l'OM. «A l'époque, je ne savais pas si c'était une blague ou si c'était vrai. Je sais que c'est vrai à cause de ce qui s'est passé après», a ajouté l'ex-joueur, s'interrogeant sur son exclusion, dans des propos repris par la presse britannique. «Dès qu'on m'a sorti le carton, le coup de téléphone m'est revenu à la mémoire. Je me suis senti floué à 100%, c'était une chance unique pour les Rangers», a déclaré Hateley, selon lequel Marseille devrait «être déchu» de son titre remporté le mois suivant face à l'AC Milan en finale (1-0).

L'UEFA a réagi dans un communiqué en rappelant que conjointement à la Fédération française (FFF) et aux autorités françaises, elle avait «fait des investigations sur plusieurs matches de Marseille lors de la saison 1992-1993». «Ces investigations n'ont pas établi de preuve formelle concernant de présumés matches truqués en Ligue des champions, mais ont établi des preuves formelles concernant des matches de championnat», de France, explique l'UEFA. «Plus de dix ans après, il y a prescription», a-t-on affirmé de même source à l'AFP.

Le titre de champion de France 1993 avait été retiré à Marseille à la suite de l'affaire de corruption VA-OM (Valenciennes-Marseille) et le club, rétrogradé en deuxième division, n'avait pu défendre son titre européen. Le président de l'OM à l'époque, Bernard Tapie, avait été condamné à une peine de huit mois de prison ferme, et l'ancien directeur général Jean-Pierre Bernès à deux ans de prison avec sursis.