L'OM a Des exemples à suivre

Romain Canuti

— 

Le Monaco de David Trezeguet et Thierry Henry avait réussi l'exploit face à Manchester United en 1998.
Le Monaco de David Trezeguet et Thierry Henry avait réussi l'exploit face à Manchester United en 1998. —

Tout favori qu'il soit face à l'OM, Manchester United n'est pas une forteresse imprenable. Pour preuve son récent revers (2-1) face à Wolverhampton, lanterne rouge de la Premier League. Même en Ligue des champions, les Red Devils se sont aussi fait surprendre. Quatre exemples à suivre pour les Marseillais.

Les paralyser avec la règle du but à l'extérieur comme Monaco en 1998. Au match aller, Jean Tigana bétonne, forçant son équipe à jouer contre-nature pour un triste 0-0. Savant calcul au final. Car au retour, une volée pleine d'adresse de Trezeguet au bout de dix minutes oblige les Red Devils à marquer deux fois. Mais Monaco a tellement pris goût à défendre que son arrière-garde ne concède que l'égalisation (1-1).

Miser sur une discorde dans leur camp comme Galatasaray en 1994. Au retour, les Anglais mènent rapidement 2-0. Pourtant les Turcs vont revenir grâce à une mésentente entre le gardien Schmeichel et son arrière-garde. Furieux, le Danois insulte ses défenseurs qui sortent de leur match. Un troisième but des visiteurs rendra caduque le sursaut d'Eric Cantona, l'aller s'étant soldé, là encore, par un nul 0-0.

Avoir un entraîneur qui pète les plombs avant le match comme Porto en 2004. A l'aller, Porto l'emporte 2-1. Mais les stats et le contenu du match donnent toujours les hommes de Ferguson favoris au retour. Alors, la veille du match, Mourinho fait le show, montrant chiffre à l'appui qu'il n'a pas de pression, que le salaire cumulé de son équipe fait la paie de Van Nistelrooy. Evidemment, Porto marque le but qu'il faut à la dernière minute face à une équipe plus nerveuse qu'à l'accoutumée.

Disposer d'un joueur revanchard comme le Real Madrid en 2003. La révolte rouge, née d'une chaussure lancée par Ferguson dans l'arcade de Beckham à la mi-temps du match retour, n'a pas eu raison du Real Madrid. Car Ronaldo a une revanche à prendre avec Barthez depuis 1998. Le Brésilien score trois fois, se vengeant du « divin chauve », qui sera écarté des cages anglaises par la suite. Pourvu que Gaby Heinze soit dans le même état d'esprit…