Ligue des champions: Lyon reçoit le Real Madrid

© 2011 AFP

— 

Le défi est de taille pour Lyon et Marseille, opposés en 8e de finale de la Ligue des champions à deux monstres sacrés du football européen, le Real Madrid et Manchester United, mardi et mercredi.

. Lyon en spécialiste

Bête noire du Real en Ligue des champions et son bourreau au même stade de l'épreuve la saison dernière, Lyon possède un avantage psychologique certain sur son adversaire mais ne veut surtout pas bomber le torse. La victoire écrasante face à Nancy (4-0), vendredi, lui a permis de se relancer en L1 mais il est difficile de comparer les modestes Lorrains à l'effectif étoilé de Madrid. Si l'absence de Lisandro, blessé aux ischio-jambiers, a été sans conséquence en championnat, la donne pourrait être tout autre en C1, l'avant-centre argentin étant souvent décisif lors des grands rendez-vous européens. De quoi jeter une ombre sur le potentiel de l'OL, demi-finaliste en 2009-10, et sa capacité à réussir un nouvel exploit.

D'autant que le Real est prévenu et ne va sûrement pas se laisser de nouveau abuser par les Lyonnais. L'arrivée aux commandes de José Mourinho, véritable spécialiste de la C1 (victoires avec Porto en 2004 et l'Inter Milan en 2010), constitue un changement de taille côté madrilène. Si en Liga, le titre semble promis au FC Barcelone, le technicien portugais se sait attendu sur un autre terrain: qualifier enfin le Real pour les quarts de finale de la Ligue des champions, un obstacle infranchissable depuis 2004. Pour le club le plus couronné de l'histoire en C1 (9 trophées), une telle absence constitue une anomalie et Mourinho jouera une partie de sa crédibilité aux yeux de ses dirigeants. Il aura notamment un choix crucial à effectuer en attaque entre Benzema, buteur en championnat samedi, et Adebayor pour la venue duquel il a fait des pieds et des mains cet hiver.

. Marseille face à la furia mancunienne

Le champion de France a lui aussi hérité d'un gros morceau et comme Lyon devra se passer des services de son avant-centre, Gignac, touché aux adducteurs. Une blessure qui tombe mal, l'ancien Toulousain étant l'homme en forme de l'attaque marseillaise. Mais la principale question est de savoir comment la défense de l'OM va pouvoir résister aux assauts de Manchester United, solide leader et meilleure attaque de la Premier League. Les deux dangers principaux sont d'ailleurs clairement identifiés: Nani et Rooney. Le premier marche allégrement sur les pas de son compatriote Cristiano Ronaldo tandis que le second retrouve petit à petit la grande forme après l'épisode de son vrai-faux départ, finalement conclu par une mirifique prolongation de contrat.

Le succès de samedi contre Saint-Etienne (2-1) en L1 a certes permis à Marseille de revenir dans la course au titre mais pas sûr que Didier Deschamps ait été particulièrement rassuré par la prestation de ses troupes. Dans le même temps, Alex Ferguson avait tout le loisir de faire souffler ses titulaires, son équipe bis l'ayant emporté en 8e de finale de la Coupe d'Angleterre face aux amateurs de Crawley Town (1-0).

. La finale de 2010 en "remake"

Les 8e de finale proposent également des retrouvailles savoureuses entre le tenant du titre, l'Inter Milan, et son finaliste malheureux, le Bayern Munich. Mais les cartes ont été rebattues depuis la finale de Madrid. L'Inter a perdu son maître tacticien Mourinho et s'est déjà offert le luxe de se séparer de son successeur, l'Espagnol Rafael Benitez, remplacé par Leonardo. Le Brésilien aura la lourde tâche de sauver l'honneur du football italien, malmené en C1 avec les défaites à domicile de l'AC Milan et de l'AS Rome la semaine dernière.

La menace est réelle pour l'Inter, le Bayern pouvant compter sur son duo de choc Ribéry-Robben, contrairement à la finale de 2010, orpheline du Français, suspendu.

. Chelsea, la C1 en dernier recours

Distancé en championnat et éliminé samedi en Cup, Chelsea n'a plus que la Ligue des champions pour sauver sa saison. Les Blues ne devraient pas trop souffrir contre le FC Copenhague, la moins cotée des équipes encore en lice.

Le programme:

Mardi:

Lyon (FRA) - Real Madrid (ESP)

Copenhague (DEN) - Chelsea (ENG)

Mercredi:

Inter Milan (ITA) - Bayern Munich (GER)

Marseille (FRA) - Manchester United (ENG)

Matches retour les 15 et 16 mars.

Déjà disputés:

AC Milan (ITA) - Tottenham (ENG) 0-1

FC Valence (ESP) - Schalke 04 (GER) 1-1

AS Rome (ITA) - Shakhtar Donetsk (UKR) 2-3

Arsenal (ENG) - FC Barcelone (ESP) 2-1