OM, les supporters mettent la pression

Football Le Vélodrome n'a guère apprécié la piètre prestation des Olympiens face à la lanterne rouge...

A Marseille, Sandrine DOMINIQUE

— 

Les supporters marseillais déploient une banderole face à Arles-Avignon, le 5 février 2011.
Les supporters marseillais déploient une banderole face à Arles-Avignon, le 5 février 2011. — B.Horvat / AFP

A ce rythme-là, la reconquête du public marseillais va prendre beaucoup du temps. Le printemps n’est pas encore arrivé mais les banderoles refleurissent dans les tribunes du Vélodrome. «Bougez-vous le cul» ou «sortez-vous les doigts du cul, bande de tafiole (sic)...» déployées samedi lors de la réception d’Arles-Avignon avaient planté le décor dès le coup d'envoi. Après leur non-match à Monaco (0-0) dimanche dernier, les supporters olympiens attendaient une réaction d’orgueil de leur équipe lors du derby face à la lanterne rouge. Mais si l'envie de bien faire était au rendez-vous, dans le contenu, les Marseillais n'ont pas répondu aux attentes se contentant du minimum syndical (1-0). «La semaine dernière face à Monaco on avait fait un non match, on manquait de tout. Ce soir, c’est presque identique, mais on a la chance de marquer et de prendre les 3 points, affirme Diawara. C’est ce qu’on retient.»

Deschamps répond au public

Le public, lui, a surtout retenu la pauvreté du jeu, le manque d’audace après l’ouverture du score et l’ennui. De quoi alimenter la bronca au coup de sifflet final. «Le public est libre de manifester comme il l'attend, même si je ne pense pas que ce soit une bonne chose, expliquait le coach Didier Deschamps. Si à la fin, il n'a pas eu le spectacle qu'il voulait, il a le droit de faire ce qu'il veut.» 

Habitué la saison dernière à bien mieux, le Vélodrome se s’est pas gêné... Pourtant d’autres ne feraient pas tant la fine bouche: «(les spectateurs) ont montré qu'ils n'étaient pas contents. Quant à Marseille, ils savent gérer les situations de crise. Et j'aimerais bien être à leur place ! confiait ainsi Faruk Hadzibegic, l’entraîneur de l’ACA. Il ne faut pas dire qu'ils sont morts. Ils restent candidats au titre.» Il semble être le seul à y croire...