Lens qui pleure, Valenciennes qui rit

FOOTBALL Il n'y a pas eu de vainqueur (1-1) entre les deux voisins à l'issue d'un derby très moyen...

A Lens, François Launay

— 

Le Valenciennois Mathieu Dossevi taclé par le Lensois, Yohan Demont, le 5 février 2011 à Lens.
Le Valenciennois Mathieu Dossevi taclé par le Lensois, Yohan Demont, le 5 février 2011 à Lens. — D.Charlet / AFP

«Faute de grives, on se contente de merles». Pour résumer le nul décroché samedi à Bollaert par son équipe, Philippe Montanier, l’entraîneur valenciennois, s’est pris pour un chasseur. Sauf que le gibier rapporté de Lens ne rapporte qu’un point à Valenciennes. Mais face à un concurrent direct pour le maintien que le VAFC (13e) maintient à trois points, la satisfaction était plutôt de mise.

Un derby très moyen

«Je ne suis pas trop mécontent qu’on ne perde pas quand on est moye », reconnait Montanier. Moyen comme ce derby qui ne laissera pas de grands souvenirs sauf pendant cinq minutes folles en fin de première mi temps. Quand Jemaa ouvre le score (36e), Lens croit avoir fait le plus dur mais trois minutes plus tard Dossevi (39e) éteint les chants de Bollaert.

Lens n'avance pas

De quoi faire la grimace du côté des Sang et Or. «Lens traverse une période où chaque erreur est punie. Ce résultat ne me satisfait pas», regrette Laszlo Bölöni, le coach lensois. Car avec ce nul à domicile, Lens (18e) reste dans la zone rouge. Le mal de tête n’est pas encore guéri.