Toulouse-Montpellier: assauts de modestie en haut de l'affiche

© 2011 AFP

— 

Battu deux fois lors de ses trois derniers matches, le Stade Toulousain retrouve le Top 14 jeudi soir à domicile en position de leader face à Montpellier, troisième à quatre points, qualifié de "référence" par le manager général toulousain Guy Novès.

Maître dans l’art de faire passer son équipe pour une victime expiatoire quand le contexte ne lui est pas favorable, Guy Novès, présente cette affiche à sa manière: "Ils savent qu’on a laissé des plumes dimanche (défaite chez les Wasps 16-21, ndlr) et ils viennent se délecter des restes".

"Montpellier est aujourd’hui une référence. Elle s’est donnée les moyens de peut-être jouer le titre", ajoute le manager toulousain.

Montpellier, abonné cette saison aux défaites chez les candidats à la phase finale (Biarritz, Paris, Racing-Métro et Toulon) exception faite de Perpignan et qui reste sur trois défaites en quatre matches, n'est pas en reste en termes d'humilité. "Cela va être un match difficile: on va affronter la meilleure équipe française, on aborde ce match dans nos petits souliers, on n'est pas dans la même dimension, on joue sur une autre planète", déclare l'entraîneur Fabien Galthié.

La rhétorique modeste de Guy Novès ne devrait toutefois pas survivre à la soif de reconquête d’une équipe toulousaine qui reste sur une cinglante déculottée en Top 14 à Paris, face au Stade Français (3-31).

Toulouse devrait ainsi s’appuyer sur la grande majorité de ses sept internationaux français. Intraitable dans son stade -8 victoires en 8 matches-, l’actuel leader du Top 14 pourrait, en cas de victoire sans bonus aux Montpelliérains, compter huit points d’avance sur un concurrent direct pour les deux premières places.

A Montpellier, Eric Béchu, co-entraîneur, affiche comme Galthié des ambitions mesurées: "Tout point pris à Toulouse sera un bon point. On va surtout voir où l'on est contre ce qui se fait de mieux en Europe (...) Si on fait un résultat, ce sera pour nous un bonus."

"On y va avec toute notre modestie", renchérit Fulgence Ouedraogo. Pourtant, le troisième ligne et capitaine montpelliérain n'entend pas courber la tête: "On n'a rien à perdre sur ce match. Il faut qu'on se livre, que l'on réussisse un match plein", lance-t-il.