Open d'Australie: Djokovic, dans la forme de sa vie affronte Roger Federer pour une place en finale

TENNIS Le Serbe, impressionnant, est sur sa lancée de la Coupe Davis...

B.V.

— 

Le Serbe Novak Djokovic, le 25 janvier 2011 à Melbourne
Le Serbe Novak Djokovic, le 25 janvier 2011 à Melbourne — Y.NAKAO/REUTERS

A croire que la fête a des effets vertueux. Vainqueur de la Coupe Davis avec la Serbie début décembre, Novak Djokovic n’est toujours pas redescendu du nuage qui a fait de lui un héros national. Pas esquinté par les fastueuses agapes post-consécration, le n°3 mondial continue d’afficher un niveau de jeu proche de la perfection à l’Open d’Australie. Comme lors du dernier US Open, où il avait perdu en finale face à Rafael Nadal après avoir sorti Roger Federer, qu’il retrouve justement jeudi matin, toujours en demi, à Melbourne.

«L’un des meilleurs tennis de ma vie»

«Après tous les efforts fournis pour gagner la coupe Davis, je pensais que Novak allait forcément  se relâcher mentalement, avoue son entraîneur, Marian Vajda, franchement surpris par la constance de son poulain. Mais au contraire, il est plus concentré, plus mature sur le court.» Intraitable face à Thomas Berdych en quart de finale (6-1, 7-6, 6-1), le Serbe n’a perdu qu’un set depuis le début du tournoi. «J’ai toujours les mêmes sensations qu’en fin de saison dernière, poursuit Nole. Ces deux derniers mois, j’ai joué l’un des meilleurs tennis de ma vie. J’ai plus d’expérience, je tape mieux dans la balle et mon jeu est plus varié.»

Et surtout, le Djoker a accumulé une assurance suffisante à faire tanguer l’insubmersible Federer. «Cette victoire en Coupe Davis m’a donné encore plus confiance en moi, avoue-t-il. Et être confiant sur le court, avoir la bonne attitude, c’est le seul moyen de battre Roger!» Et s’ouvrir les portes d’une nouvelle finale de l’Open d’Australie, seul tournoi du Grand Chelem qu’il a déjà remporté, en 2008, face à Jo-Wilfried Tsonga. Trois ans après, le Djoker a toutes les cartes en main pour enfin confirmer.