HISTOIRES DE DERBYS CHAUDS

françois launay

— 

Pour Lillois et Lensois, le derby du Nord n'est pas aussi chaud qu'ailleurs
Pour Lillois et Lensois, le derby du Nord n'est pas aussi chaud qu'ailleurs — M.libert / 20 minutes

Si Lille-Lens est le vrai derby de la région, il n'est pas forcément le plus marquant pour les membres des deux clubs. Cinq acteurs lillois et lensois se souviennent d'autres derbys étrangers ou français qui ont marqué leur carrière.

Franck Queudrue (Lens) : Birmingham City-Aston Villa (Angleterre). « Quand on affrontait Villa, il y avait une tension à couper au couteau dans la ville. Il ne fallait pas sortir. D'ailleurs, le jour du derby, ma femme ne venait pas au stade. Il y a une vraie haine entre les supporters. C'est assez violent. »

Tulio De Melo (Losc) : Atletico Mineiro-Cruzeiro (Brésil). « C'est un derby très spécial. Avec Mineiro, je n'en ai pas joué en pro. Par contre, je me souviens qu'en équipe de jeunes on en avait joué un devant 80 000 personnes. Il y avait une ambiance extraordinaire. La pression est énorme dans la presse et chez les supporters. »

Ala-Eddine Yahia (Lens) : Lyon-Saint-Etienne. « Quand on allait à Gerland, on faisait un grand détour dans Lyon et on se faisait jeter des objets sur le bus. C'était très chaud. A Saint-Etienne, les supporters venaient nous voir la semaine avant. Ils nous disaient qu'ils préféraient gagner les deux derbys et descendre plutôt que perdre contre Lyon et se maintenir. »

Michael Landreau (Losc) : Nantes-Rennes. « Il y a une rivalité historique par rapport à la Bretagne. Mais il y a très peu de débordements. ça se rapproche des Lille-Lens. Par contre, j'ai joué des PSG-OM et là c'est presque plus du foot. C'est une autre planète et c'est incomparable avec un autre match de Ligue 1. »

Laszlo Bölöni (Lens) : Steaua Bucarest-Dinamo Bucarest (Roumanie). « A l'époque, c'était le match de l'armée contre la police. C'était des derbys impossibles à vivre. Par rapport à ça, aller à Lille ne m'effraie pas. »

daniel leclercq répond aux critiques

Dans un entretien paru hier dans France Football, le directeur technique de Lens revient sur les critiques dont il a fait l'objet ces dernières semaines, notamment par Jean-Pierre Papin. « J'entends dire des saloperies sur moi qui ne sont pas justes. Je n'ai aucune influence sur les choix de qui que ce soit. Les gens peuvent baver, j'ai appris à encaisser », a lâché le Druide.