Nicolas Conte : «Beaucoup d'intimidation entre les coureurs»

©2006 20 minutes

— 

Le snowboardcross est un sport jeune. Mais il s'est vite taillé un chemin jusqu'aux JO...

Au début des années 1990, on organisait les premiers derbys dans de grands espaces. Plusieurs riders prenaient le départ en même temps et le vainqueur était le premier arrivé en bas. Ensuite, on a cadré le parcours et ajouté des éléments spectaculaires. Mais le fait d'être en groupe et de subir la course des autres a toujours créé une vraie émulation entre snowboarders. C'est vrai que c'est un peu les jeux du cirque. On parle souvent de nous comme des gladiateurs. Il se peut par exemple qu'en finale olympique, un snowboarder fasse tomber les trois autres et soit sacré champion. Ce ne sera pas habituel. Mais le côté spectaculaire de ce sport correspond à ce que sont les Jeux aujourd'hui.

Quelles sont les qualités de ces snowboarders ?

Il faut être extrêmement complet. Savoir à la fois sauter, aller vite, faire des courbes. Beaucoup ont commencé par les autres disciplines. L'entraînement les amène à faire autant du ski alpin que du freestyle. Ce sont des gens qui aiment jouer avec le terrain.

Le terrain justement a une grande importance. Comment travaille le traceur ?

On l'appelle le « shaper ». Son importance est cruciale : c'est lui qui détermine le profil du parcours. Il s'agit en général d'une personne ayant beaucoup couru. Il cherche à reproduire tous les types d'obstacles qu'on va trouver dans la nature. Mais surtout, il doit faire en sorte qu'il y ait une fluidité dans le parcours, jamais de moment d'attente, pas trop de passages de simple glisse, qu'il se passe toujours quelque chose.

En compétition, quelle est l'ambiance entre coureurs ?

Il y a beaucoup d'intimidation. Mais les coureurs se respectent, ils savent qu'ils font une discipline potentiellement dangereuse. Si l'un d'entre eux tombe, tout le monde prend des risques. Le départ a une grande importance. Si tu pars devant, tu contrôles la course, ta trajectoire n'est pas perturbée par celle d'un autre coureur qui t'imposerait sa ligne. Cependant, les autres derrière vont te pousser, chercher à générer de la vitesse pour doubler. Cela peut mener à des situations étranges où tout le monde tombe, tout le monde se relève et tout le monde repart.

Recueilli par Grégory Magne (Kaora Press)

Champion du monde en titre, vainqueur des trois dernières Coupes du monde, le Français Xavier De Le Rue a de très sérieuses chances de devenir le premier champion olympique de la discipline. Chez les dames, la snowboardeuse Karine Ruby, championne olympique de slalom à Nagano, médaillée d'argent à Salt Lake City, concourt cette fois en cross.