Equipe de France: Avec Nike, les Bleus changent de peau

FOOTBALL Les joueurs français aiment leur nouveau maillot, même s'ils l'ont pris pour un polo...

Antoine Maes
— 
Alou Diarra, Yann M'Vila, Florent Malouda et Abou Diaby présentent le nouveau maillot de l'équipe de France, le 17 janvier, à Paris.
Alou Diarra, Yann M'Vila, Florent Malouda et Abou Diaby présentent le nouveau maillot de l'équipe de France, le 17 janvier, à Paris. — A.PIERRE/SIPA

«Au début, je ne pensais pas que  c’était un maillot, je l’ai pris pour un polo.» Yann M’Vila, le milieu de  terrain des Bleus,  a réussi à arracher une  grimace au responsable de Nike qui le marquait à la culotte, lundi, à Paris,  lors de la cérémonie dévoilant la nouvelle tunique de l’équipe de France. Il s’est vite repris en  la qualifiant de «très classe et très élégant.» C’est vrai, il l’est. Et Nike,  dans une débauche de clips et de petits fours, ne s’est pas privé de le  montrer.

«Il est beau mais il fait  italien»

Ce nouvel uniforme, qui scelle un  partenariat global à 42,5 millions d’euros sur 7 ans entre la firme américaine  et la FFF, sera étrenné le 9 février prochain contre le Brésil. Laurent Blanc  l’aime aussi, même si «tout bleu, il est beau mais il fait italien.» Le  sélectionneur des Bleus, lors des premiers essayages, avait regretté de voir  disparaître le rouge de l’équipement des Français. La manche réversible de cette  couleur a réparé cet oubli. On relève les manches ou pas? L’ancien entraîneur  bordelais devra maintenant devenir un flic du style. «Il faudra prendre une  décision, et elle devra être uniforme. Il ne faut pas qu’il y en ai un avec les  manches rouge, l’autre sans…»

«Ce n’est pas Nike qui va faire  l’équipe»

D’ici là, les Bleus auront quitté les  équipements qu’ils portaient au fond du bus de Knysna. «Si changer de maillot  permet de tourner la page, pourquoi pas…», souffle Laurent Blanc, pas  franchement convaincu. «Je suis fier que Nike mette autant d’argent sur le  maillot de l’équipe de France. Mais ce n’est pas Nike qui fera l’équipe», se  marre Florent Malouda, tête d’affiche de la campagne de pub qui a débuté dès  lundi soir. Qu’ils perdent ou qu’ils gagnent, lui et ses petits camarades sont  en tout cas certains d’avoir beaucoup d’allure