Mourad Boudjellal: «Envie de montrer qu'à Toulon, on a aussi de la classe»

RUGBY Alors que Toulon affronte le Racing Metro dimanche, le boss varois se confie à 20minutes.fr...

Propos recueillis par Sandrine Dominique, à Marseille

— 

Le président toulonnais Mourad Boudjellal, en novembre 2010.
Le président toulonnais Mourad Boudjellal, en novembre 2010. — P.RODRIGUEZ/SIPA

Vous affrontez le Racing Metro dimanche. Et vous avez déjà annoncé que vous alliez gagner…

Oui mais ça c’est parce que j’aime bien allumer Jacky Lorenzetti qui est un copain [rire]. C’était amical. Mais même s’ils nous ont battus au match aller, il n’y aura pas de revanche dimanche. Il y a du respect et des points à prendre, c’est tout. Un point là-bas serait un bon point. 

Pour la venue du Munster le 16  janvier, vous avez demandé au public varois d’être fair-play. Expliquez-nous?

On est allés au Munster et le public a fait preuve de fair-play, de classe même concernant nos buteurs, même lorsqu’on menait. Même si certains pensent qu’on ne changera pas parce qu’on est méditerranéens, que c’est dans notre culture, qu’on est des buveurs de vin et eux des buveurs de bière, j’aimerais bien qu’on leur ressemble question fair-play. En outre, Skysport retransmettra toute la journée en direct de Toulon, dans tous les pays anglo-saxons du monde. On va donc découvrir la ville et j’ai envie qu’on montre qu’ici aussi on a de la classe. 

Un vœu pour 2011?

Qu’on joue les demi-finales du Top 14 au Vélodrome. Même si on n’est que des squatteurs au Vél’, ça sent quand même la maison. Les Marseillais sont nos cousins. Marseille, c’est la banlieue de Toulon et inversement selon où l’on se place. C’est important pour nous d’être de la fête lors des demies qui se joueront ici, d’autant qu’on ne devrait pas retourner de sitôt au Vélodrome en raison des travaux d’agrandissement. Et puis des demies au Vélodrome sans Toulon, ça n’aurait pas la même saveur.