Les grands moments du Dakar en vidéo

DAKAR2011 Des cris de joie, des larmes et beaucoup de sable...

Romain Scotto, à Buenos Aires

— 

Le chanteur Johnny Hallyday, le 27 décembre 2001 à Arras, lors des vérifications techniques du Dakar.
Le chanteur Johnny Hallyday, le 27 décembre 2001 à Arras, lors des vérifications techniques du Dakar. — P.Rossignol/REUTERS

Samedi, les pilotes du Dakar défileront un à un sur l'avenue du 9 juillet à Buenos Aires, avec l'espoir de revoir, quinze jours plus tard, la grande Obélisque qui surplombe la Plaza de la Republica. Quinze jours éprouvants, parfois suffoquants, comme le veut la légende du Dakar.

26 décembre 1978: Les pionniers dans la gadoue

Parce qu'il s'est paumé un an plus tôt à moto dans le désert libyen, Thierry Sabine embarque une poignée d'aventuriers sur les lieux de sa galère. Le Paris-Dakar né cette année là place du Trocadéro, avec une devise qui claque: «Un défi pour ceux qui partent. Du rêve pour ceux qui restent.» Pour cette première, ils sont 170 à traverser le Nord de l'Afrique, depuis Paris. A l'époque, Jean-Pierre Pernault est encore svelte quand il présente son journal. Certains roulent sans casque et ne se soucient pas vraiment de la performance. On vante le dépassement de soi, le goût de l'aventure, dès le premier prologue dans la forêt humide de Monthléry. Paradoxalement, les premières chutes du Dakar ont donc eu lieu sur un terrain boueux, aux antipodes de la sécheresse du Sahara. Des images collector.

 

 

 

Janvier 1983: La tempête de sable du Ténéré

Parce qu'il serait trop simple de rallier le lac Rose de Dakar sans trimer, le désert pose ça et là quelques difficultés. Une dune abrupte, des sables mouvants, et si cela ne suffit pas, une bonne tempête de sable. Celle de l'année 83 a étouffé plus d'un candidat. Dans le désert du Ténéré, la caravane se frotte les yeux pendant plusieurs heures avant de tracer sa route. La légende dit même que certains pilotes désorientés ont mis quatre jours à retrouver leur chemin avec cette histoire de grains de sable.
 

14 janvier 1986: La mort de Thierry Sabine et Daniel Balavoine

La nouvelle glace tout le bivouac au petit matin. La veille au soir, un hélicoptère de la course s'est crashé. A son bord cinq personnes perdent la vie, dont Thierry Sabine, le patron de la course et le chanteur Daniel Balavoine. A l'antenne, Patrick Chêne et Jean-Louis Calmejane tentent de trouver les mots justes, en direct de Niamey, au Niger. D'autant que Gourma Rharous, le lieu de l'accident, est coupé des médias en ce 15 janvier 1986. Aujourd'hui encore, la plus sinistre journée de l'histoire du Dakar.

 

 

 

 

21 Janvier 2001: Une femme au pouvoir

Que cela plaise ou non à Jean-Louis Schlesser et ses remarques machistes, c'est bien une femme qui sable le champagne pour la première fois à l'arrivée à Dakar. Jutta Kleinschmidt, une blonde aux yeux bleus qui aurait pu jouer dans «Derrick» a lutté jusqu'au bout contre son hargneux rival. Car Schlesser a tout essayé pour battre l'Allemande. Sur la piste d'abord, puis en portant réclamation, sans résultat. Depuis cet épisode, l'homme au buggy bleu sait que le Dakar n'est pas seulement «une course d'hommes», comme le dit souvent Etienne Lavigne...

 

 

10 janvier 2002: «Ah que j'me suis foulé le poignet»

On peut avoir René Metge comme copilote, et s'enliser comme un bleu dans le sable. Cette année-là, Johnny a voulu se transformer en «Lawence d'Arabie» de la chanson française. Il l'a payé en se foulant un poignet et laissant quelques gouttes de sueurs en plein désert. Avec en prime, cette réplique mythique à l'arrivée d'une drôle de spéciale: «Tu te rends compte que si on n'avait pas perdu une heure et quart, on serait là depuis une heure et quart.» Johnny, reviens!

 


 

 

11 janvier 2005: La mort de Fabrizio Meoni

Encore une fois, le Dakar pleure la mort d'un concurrent. Au guidon de sa KTM, Fabrizio Meoni était l'un des plus expérimentés de l'épreuve, avec ses deux victoires au général. L'Italien de 47 ans, disputait même son dernier Dakar, lorsqu'il a mortellement chuté entre Atar et Kiffa, en Mauritanie. Malgré 45 minutes de massage cardiaque, Meoni ne se relèvera pas. Quelques mois après la mort de Richard Sainct, autre ancien vainqueur de l'épreuve, cela fait beaucoup pour le monde du rallye-raid.

 

 

 

4 janvier 2008: Le Dakar reste à quai

«Le Dakar 2008 ne partira pas». La phrase d'Etienne Lavigne coupe les jambes de tous les pilotes présents ce jour-là à Lisbonne. Mais la menace terroriste est là. On parle d'Al-Qaida, d'enlèvement en Mauritanie, d'otages français. Suivant les recommandations du gouvernement français, la course quitte l'Afrique, l'année de ses trente ans. Pas sûr qu'elle y revienne un jour.