Les Canaris veulent oublier la pression

— 

Heureux des progrès de son équipe, Baptiste Gentili dédramatise l'enjeu de la dernière rencontre de l'année, ce soir au Havre.
Heureux des progrès de son équipe, Baptiste Gentili dédramatise l'enjeu de la dernière rencontre de l'année, ce soir au Havre. —

La chasse au sanglier n'a guère été fructueuse. Vendredi, Nantes n'a pu se défaire de Sedan (0-0), ratant ainsi une belle chance d'accrocher le wagon de tête de la Ligue 2. « On a fait un match solide, on a produit du jeu, mais on n'a pas eu l'efficacité, résume Jonathan Martins Pereira. Maintenant, on est obligé de gagner au Havre. » Une obligation que relativise toutefois l'entraîneur nantais Baptiste Gentili. « C'est emmerdant parce qu'on n'a pas pris les trois points, mais le match de Sedan a confirmé qu'on était dans une progression très sensible. Gagner au Havre serait très positif pour le classement et le mental, mais ce ne sera pas décisif, il reste une demi-saison… » Le technicien corse sait néanmoins que le duel en terre normande ne sera pas de tout repos, et envisage d'ailleurs de faire tourner son effectif. « Il y a eu une grosse débauche d'énergie vendredi, Darbion, Lee, Djordjevic ou Rodelin ont beaucoup donné. A ce moment de l'année, la fraîcheur peut faire la différence, à nous d'être le plus pointu possible dans nos choix pour gagner au Havre. »J.R.

Coup de Pub

Waldemar Kita garde une bonne cote auprès des entreprises de la région nantaise. Le cabinet Eluère et associé a ainsi offert FC Nantes une campagne d'affichage d'une semaine d'une valeur de 15 000 € dans les rues de la cité des Ducs. « Ce n'est pas l'argent qui m'intéresse, c'est l'initiative individuelle », souligne le président nantais.