LES MARSEILLAIS BRISENT LA GLACE

ROMAIN CANUTI

— 

Nerveux, les Français ont au moins le mérite d'avoir tout donné. Le public a apprécié.
Nerveux, les Français ont au moins le mérite d'avoir tout donné. Le public a apprécié. — A. NIEDRINGHAUS / AP / SIPA

Une rencontre intense, rugueuse sans être violente, rythmée. Pour le premier match international de hockey sur glace à se disputer dans la nouvelle arène du Palais de la glisse de Marseille Grand Est, le public a été gâté. L'équipe de France s'est pourtant inclinée contre l'Italie (2-4). Mais les deux équipes se sont livrées une belle bataille, les hommes de Dave Henderson ne lâchant prise qu'au milieu du dernier tiers-temps. « C'était notre troisième match en une semaine. Dans ces conditions, revenir deux fois au score, c'était déjà pas mal, dédramatise Patrick Francheterre, le manager général de cette équipe de France, qui regrette d'avoir vu ses joueurs se rendre coupables d'excès de nervosité. C'est un peu stupide, on va dire que c'est les inconvénients de la jeunesse. Et en face, les Italiens, on les connaît, il ne fallait pas leur en laisser autant ».
Car oui, la culture tactique italienne s'applique à tous les sports. Ainsi, dès les premières secondes de jeu, un défenseur transalpin s'en allait plaquer violemment un joueur français. Une provocation visant à faire sortir de leur match les locaux, mais aussi, peut-être, à se venger de l'hospitalisation de leur coéquipier Gorza, lors du match aller disputé à Montpellier. Toujours est-il que le plan se déroulait pour eux comme prévu, le gardien Tragust stoppant tous les palets alors que Iannone marquait sur la seule occasion de son équipe. Les Français, trop prévisibles collectivement, sont revenus au score à la faveur de deux exploits individuels, avant de craquer en défense. Un scénario qui a ravi les 2 743 spectateurs, qui ont su rugir à chaque contact. Le sélectionneur se réjouit en tout cas de pouvoir désormais compter sur le soutien des Marseillais.