Championnat de France de patinage: Joubert fonce vers un 7e titre

© 2010 AFP

— 

Brian Joubert, sextuple champion de France, a su chasser la pression qui pesait sur ses épaules pour prendre la tête vendredi, à l’issue du programme court du concours messieurs des championnats de France de patinage artistique, et s'ouvrir la voie à un 7e sacre national, samedi à Tours.

Le Poitevin, champion du monde 2007, qui restait en France sur un forfait au Trophée Bompard, après un programme court manqué et une gastro-entérite douloureuse, a cette fois patiné sans faute ou presque. En attestent ses notes: 38,54 sur la technique et 38,67 sur les composantes.

Deux notes largement supérieures à celles de son rival Florent Amodio qui, lui, est passé à côté de la compétition.

"Je fais un concours d’un bon niveau malgré un lutz limite", s'est réjoui Joubert. "Je me suis battu, je n’ai rien lâché. Je tiens debout. Il faut que j’arrête de rentrer en voulant faire le programme parfait mais, c’est sûr, ça fait du bien. La compétition n’est pas finie mais un 7e titre serait évidemment du bonus", a-t-il ajouté.

Champion en titre, favori pour faire vaciller Joubert, Amodio a chuté à deux reprises, sur son triple flip et sur une suite de petits pas, sortant alors complètement de son programme.

"Ce n’est pas une question de fatigue", s'est défendu Amodio. "Je n’ai pas su gérer cette fois-ci. J’ai eu la même approche que lors des autres compétitions mais cette fois-ci ce n’est pas passé. C’est la vie !", a-t-il lancé.

Dans ces conditions, c’est Alban Préaubert, auteur d'un programme court propre et dense, qui devient le plus sérieux rival de Joubert pour le titre qui sera décerné samedi soir à l’issue du programme libre.

"J’aime être dans l’ombre. Je suis quelqu’un de discret. Ça me faisait un peu rire (la mise en exergue de l’opposition entre Joubert et Amodio, ndlr). Moi je savais que j’étais en forme. J'étais volontairement en retrait et ça fait plaisir de se rappeler au souvenir de tout le monde", a déclaré Préaubert.

Dans l'après-midi, en danse, Nathalie Pécherat et Fabian Bourzat, exilés en Russie, n’avaient pas raté leur retrouvailles avec le public français. Au point techniquement, les numéros 2 mondiaux et grands favoris des prochains championnats d’Europe devancent de 10 pts Pernelle Carron et Loyd Jones avant le programme libre.

Chez les dames, la favorite pour le titre se nomme Yrétha Silété, auteur d’un programme court harmonieux et sans faute. Maé-Bérénice Meité sera sa plus sérieuse rivale. La première journée a été fatale à Candice Didier (6e, 43,61), pourtant déjà par trois fois championne de France. La tenante du titre Léna Marrocco (5e, 45,17) est également loin avant le programme libre.

Et il n'y a pas eu de surprise en couples où Canac/Bonheur pointent en tête à l’issue du programme court.