Ski: les Français vont défendre une tradition à Val Gardena

© 2010 AFP

— 

Les Français ont une tradition à défendre sur la piste Saslong de Val Gardena, qui accueille deux épreuves de vitesse de la Coupe du monde de ski alpin, vendredi (super-G) et dimanche (descente).

Luc Alphand (trois fois sur le podium, dont une victoire, au milieu des années 90) et surtout Antoine Dénériaz, double vainqueur (2002/2003), ont donné un air de +bienvenue à la maison+ au tracé qui serpente jusqu'au pied de la montagne homonyme (le long caillou).

Cette année, l'air y est en outre particulièrement piquant, avec des températures proches de moins 20 degrés depuis mardi. "Je me sens à mon aise ici, l'ambiance, le lieu, l'hôtel", souligne le Tignard Yohan Clarey, troisième ex-aequo de la descente l'an dernier.

Entraîneur depuis deux saisons du groupe de vitesse, le Suisse Patrice Morisod entend utiliser ce riche passé pour prolonger la ligne des podiums.

"On a avec Clarey le digne successeur de Dénériaz sur ce type de piste, qui n'a pas une pente impressionnante, mais est complète. On est souvent en l'air et la Saslong prime les gros gabarits qui savent garder le contact avec la neige, glacée et rapide cette année", remarque M. Morisod.

Pourtant, Clarey, cinquième de la première descente de la saison à Lake Louise (Canada), fin novembre, n'a pas "les même sensations cette année", un embarras qui s'est traduit par des résultats moyens lors des deux entraînements de mercredi et jeudi.

"Mais je n'ai jamais été un as de l'entraînement. Et cela n'avait pas été très convaincant il y a un an", se rassure Clarey.

L'autre Français en vue est évidemment Adrien Théaux, qui a décroché son premier podium de Coupe du monde (2e) le 4 décembre à Beaver Creek (Etats-Unis). C'était en super-G, maillon faible du ski alpin tricolore ces dernières saisons. "Je me sens bien. Après on verra", a indiqué le Pyrénéen, présent dans le groupe de tête (8e puis 11e) aux entraînements.

Le Suisse Didier Cuche, son aîné de dix ans, court toujours après une victoire en descente dans le Haut-Adige. Il dispose d'une nouvelle chance qu'il devra jouer à fond face à l'Autrichien Michael Walchoffer notamment.

Tout à son objectif, le Neuchâtelois, détenteur de la Coupe du monde de descente, ne mentionne même plus le lumbago aigu qui l'avait bloqué samedi dernier lors de la seconde manche du slalom géant à Val d'Isère.

Meilleur temps du premier entraînement mercredi, Cuche a signé le sixième chrono de la seconde séance, à 48/100es de l'Italien Christof Innerhofer.

"Tout est OK. Aujourd'hui j'ai utilisé d'autres skis car ceux d'hier ont été endommagés", a souligné Cuche, en montrant les semelles de la nouvelle paire brûlées par la neige abrasive.

En cas de victoire samedi, le Romand ferait d'une pierre deux coups. Il redeviendrait le plus vieux vainqueur d'une descente de Coupe du monde.

Un record que Walchhofer lui a ôté en remportant, à 35 ans 6 mois et 29 jours, l'épreuve de Lake Louise (Canada) le 27 novembre dernier, la première de la saison dans la discipline reine.

Le programme:

Vendredi: super-G (départ 12h15)

Samedi: descente (12h15)