Marseille - Lyon est à revivre en live comme-à-la-maison

A.P.

— 

Le président lyonnais Jean-Michel Aulas le 27 octobre dernier à Lyon.
Le président lyonnais Jean-Michel Aulas le 27 octobre dernier à Lyon. — P.FAYOLLE/SIPA
Marseille - Lyon 1-1

Valbuena 52e ; Lisandro 32e
93e: Le choc de la 17e journée n'aura de vainqueur. Marseillais et Lyonnais se quittent sur ce score de 1-1. Makoun et Heinze ont un début d'altercation. Allez savoir pourquoi. A voir les viages des 22 acteurs, on se dit que la déception est plutôt marseillaise.
91e: Encore deux minutes pour la différence, Lyon ne met plus le nez dehors et se contenterait bien ce 1-1. Puel lance Jérémy Pied à la place d'un Lisandro buteur pour la 8e fois cette saison.
90e: Corner pour l'OM. Tout le monde monte mais Lloris dégage du poing.
89e: Pas inspiré, mais alors pas inspiré du tout Loick Rémy ce soir. L'ancien niçois croque une belle situation de but sur son côté droit.
88e: Visiblement, Fanna n'est pas à Marseille pour la qualité de sa relance.
86e: Lucho seul à 20m dévisse complément sa reprise. Comme on dit au billard "fallait mettre du bleu".
85e: Les Marseillais n'ont plus d'essence dans le moteur. Lyon peut faire très mal en contre à l'image de cette frappe déviée de Delgado.
83e: Jimmy Briand remplace un Bastos moins présent en 2e mi-temps.
82e: Je crois qu'on l'a touché Brandao sur cette action.
80e: Quand un Argentin gueule sur un Suédois, ça donne Kallestrom qui oublie de servir Lisandro. Reste à savoir en quelle langue "Licha" lui a parlé du pays.
79e: pour Taiwo sur une faute sur Reveillère.
78e: Gignac mange la feuille sur une offrande d'un Diakhaté toujours aussi peu rassurant. Son lob passe deux mètres à côté. Dans la foulée, APG est remplacée par Brandao.
77e: André-Pierre donne nous de tes nouvelles. Ta maman est morte d'inquiètude.
75e: A Lyon, un très bon Gomis est remplacé par le revenant César Delgado.
73e: Petite surprise, Valbuena est remplacé par Abriel. Un choix plus défensif.
72e: Deux débuts d'occasions pour Lyon. Gomis rate sa reprise seul au second poteau et Lisandro trouve les bras de Mandanda après un déboulé côté gauche.
70e: Je partage ton analyse sur Taiwo, deidou24. Par contre, Sabo a plus sa place en Ligue sans vouloir être méchant.
69e: Si Lisandro commence à défendre comme un arrière gauche...
67e: Et la sortie de Gignac?
66e: Il n'y a personne pour réclamer l'entrée de Brandao?
64e: Petit oubli de la défense marseillaise. Makoun alerte Gomis qui ne cadre pas sa frappe.
61e: Après Lovren, c'est Diakathé qui est au sol. Fragile dans tous les sens du terme cette défense lyonnaise.
59e: Depuis l'égalisation, les Lyonnais n'arrivent plus à resortir le ballon. L'entrée de Gourcuff serait peut-être la bienvenue.
56e: Ca arrive, bonne frappe de Gonalons qui n'inquiète pas Mandanda bien placé.
53e: Ce but est tout sauf un coup de bol, Valbuena a une inspiration génial pour dévier ce ballon. On l'aime ou on le déteste, mais il faut lui reconnaître de presque toujours cette saison lors des gros matchs.
52e: Valbueeeeeeena!!!!!! Opportuniste, le "petit" devié de la semelle une frappe de Cheyrou.
50e: Kaboré est très en retard sur cette action. Le Burkinabais commencent à montrer ses limites comme arrière droit.
48e: Deschamps commence à s'énerver sur le banc. Taiwo a les tympans qui sifflent.
46e: On attend la réaction de l'OM en 2e mi-temps. Si le score en reste à ce 1-0, Lyon serait leader de Ligue 1.
45e: A la mi-temps, un Lyon plus réaliste mène 1-0 face à l'OM. On pourra rediscuter un moment du refusé pour hors-jeu à Gignac.
44e: Bonne analyse du match de Gourcuff sur le banc de touche. C'est déjà ça.
saucisse+de+francfort, je me disais que c'était étrange de voir Makoun en position d'ailier droit. On ne voit pas tout en livant.
39e: Les Marseillais sont un peu perdus depuis le but de Lisandro. Cette fois, c'est Bastos qui inquiète Mandanda.
36e: Lyon est d'un froid réalisme ce soir. Mon voisin marseillais commence à insulter Jean-Claude Dassier "On te l'a pas dit qu'il fallait un vrai 6?".
34e: La défense marseillaise est attirée par Gomis dans l'axe sur cette action, malin, Lisandro s'est fait oublier côté gauche.
32e: Lisandro douche Marseille!!!! Tout part d'un gros oubli de Taiwo. Makoun centre pour l'Argentin, qui prend son temps pour ajuster Mandanda du gauche.
30e: Du côté de Lyon, on balance de grand ballon sur Gomis et après c'est un peu "Bafé tu te démerdes tout seul, on adore ce que tu fais".
28e: Les Lyonnais prennent un peu la misère en milieu de terrain. Vous ne trouvez pas?
26e: Qui se charge de dire à Gignac que tous les gardiens connaissent sa frappe enroulé premie poteau? Visiblement, Dugarry s'en charge.
23e: Marseille accélère. Rémy frappe au-dessus sur cette action côté gauche.
21e: Voilà, on a presque vu le 2e but en Ligue 1 de Dédé Gignac.
20e: Gigac est maudit! Le Marseille marque mais monsieur Turpin refuse le but pour une position de hors-jeu de Rémy. Pas évident.
18e: Le ciseau de Cheyrou! Lloris veille. On a enfin vu une enchaînement de qualité avec cette ouverture de Lucho pour Cheryou.
15e: Terrible. Après plus de cinq ans en France, Taiwo a été contaminé par le virus dit 'de la frappe de moineau". A Lyon, Kallestrom -autre gros frappeur à son arrivée de Suède - présente aussi quelques symptômes;
13e: Plutôt bon signe, pour l'instant on ne voit pas trop Fanni.
11e: D'accord, on est mal barré pour voir un nouveau 5-5, mais ce début de match n'est pas si mal que ça.
9e: Gomis trouve le petit filet de Mandanda. Très bon déplacement de l'attaquant lyonnais sur cette bonne passe de Makoun. Bonne passe de Makoun, je vais enregistrer cette phrase.
8e: Ca commence à se voir que Bafé Gomis est le fils caché de Terrence Trent d'Arby et Whoopi Goldberg.
6e: La première frappe cadrée est marseillaise. Ayew profite d'une absence de la charnière Lovren-Diakahté pour reprendre le ballon de volée. Lloris capte le ballon.
4e: Gignac est déjà à fond. Il va falloir que l'ancien toulousain se calme un peu. On dit ça depuis un moment, mais c'est toujours aussi vrai.
2e: Valbuena est déjà au sol. Qui a dit que c'état son habitat naturel? Sur le ralenti, on voit que Reveillère y est allé de bon coeur.
1er: C'est parti entre des Marseillais en blanc et des Lyonnais dans un vilain maillot grenat qui tire sur le rose.
20H59: A grand match, grande dose de gel pour Valbuena.
20H57: Le premier qui parle d'"olympico" sera congédié de ce live. On a vos adresses IP les gars.
20H53: C'est l'heure de nous donner vos pronos. Je vais m'avancer à donner Lyon vainqueur. Va pour un 2-1.
20H31:  Voici la composition des deux équipes, à noter du côté de l'OM les débuts de Rod Fanni.
Marseille: Mandanda - Kaboré, Fanni, Heinze, Taiwo - Lucho, Cheyrou - Rémy, Valbuena, A. Ayew - Gignac

A Lyon, Diakhaté tient bien sa place, Gourcuff - qui revient de blessure - débutera lui sur le banc. Lyon: Lloris - Réveillère, Diakhaté, Lovren, Cissokho - Makoun, Gonalons, Källström - Bastos, Gomis, Lisandro

Marseillais et Lyonnais n’ont pas attendu dimanche 21h pour s’expliquer. On aime ou on déteste, mais l’intox fait partie intégrante du paysage avant tout choc qui se respecte. José Mourinho l’a même théorisé dernièrement: «Le match commence quand je m’assois sur ma chaise pour la conférence de presse», explique l’entraîneur du Real Madrid. Marseillais et Lyonnais ont appliqué le théorème de Mourinho. Démonstration en cinq temps.

Phase 1: Se plaindre


Cet OM-OL a commencé samedi dans les couloirs du stade de l’Abbé-Deschamps à Auxerre par un grand classique: se plaindre de l’arbitrage en espérant une hypothétique compensation pour le match suivant. «C’est difficile de lutter à 10 contre 12, car l’arbitre a clairement choisi son camp», pleure le directeur sportif José Anigo à propos du penalty accordé par Freddy Fautrel aux Auxerrois.

Phase 2: Répondre très vite

La ficelle est un peu grosse et n’échappe pas à Jean-Michel Aulas, ceinture noire de la petite phrase d’après match. «L'OM a bien préparé la rencontre de dimanche, sourit le président lyonnais. Je n'aimerais pas être à la place de l'arbitre choisi pour le match. Il va arriver dans un contexte un peu paranoïaque.»

Phase 3 : sortir les vieux dossiers

Aulas s’inquiétant du sort des arbitres, Jean-Claude Dassier ne laisse pas passer et ressort les casseroles de son homologue. «Je me souviens encore d'un match récent, où il trottinait derrière l'arbitre en le traitant de tous les noms. La scène avait quelque chose de comique», balance le président marseillais dans un entretien à l’Equipe.

Phase 4: Brouiller les pistes

Dans toute bonne intox, la règle d’or est de prendre la main. Marseille peine à boucler le transfert de Rod Fanni à Marseille, Jean-Michel Aulas saute sur l’occasion pour offrir le gîte et le couvert au défenseur rennais. Une blague? JMA laisse planer le doute et brouille les pistes en couvrant les dirigeants marseillais d’éloges. «Je trouve que l'image de l'OM a évolué très positivement», s’émerveille le grand patron de l’OL.

Phase 5: Relativiser

A Marseille, personne n’est dupe. «Aulas est très très fort, observe avec malice Stéphane Mbia. Il sait très bien ce qu'il dit il met la pression parce qu'il sait que c'est un match important». José Anigo prend à sa charge le rôle du rôle de porte flingue. «Aulas, ça fait des mois qu’il pleure. Maintenant que ça va mieux, il semble avoir plus d’humour. C'est sur les planches d'un théâtre qu'il devrait aller». En attendant, c’est encore sur le rectangle vert que Marseillais et Lyonnais vont s’expliquer. Et cette fois plus de bluff possible.