«Le Qatar le mérite» pour Philippe Troussier

INTERVIEW L'ancien sélectionneur du Qatar, en 2003 et 2004 est très emballé par cette prochaine Coupe du monde au Qatar...

Propos recueillis par Romain Scotto

— 

Philippe Troussier, ancien entraîneur de l'OM.
Philippe Troussier, ancien entraîneur de l'OM. — SIPA

Cela fait six ans qu'il a quitté le Qatar et la sélection de ce petit pays du Golfe. Mais Philippe Troussier en garde un souvenir marquant. Ambassadeur de la candidature du Japon, l'actuel manageur de Ryukyu (D3 japonaise) affirme être battu par une candidature méritante. Il attend même 2022 avec impatience…. 

Etes vous surpris que la Fifa est attribué la Coupe du monde à ce pays?

Pas du tout. En tant qu'ambassadeur de la candidature du Japon, je savais qu'ils avaient de très grandes chances d'avoir la compétition. Pour moi, le Qatar était même le grand favori. D'abord parce que le Moyen-Orient ne l'avait jamais eu. Et que les Qataris ont entamé depuis plus de dix ans un processus de développement et d'urbanisation. La décision de la Fifa est le résultat de graines qui ont été semées il y a plusieurs années. Quand vous voyez leurs installations, c'est du très, très haut niveau sur le plan technologique. Et en ce qui concerne le foot, c'est la même chose. Donc je ne suis pas du tout surpris. C'est un pays qui le mérite.

Le projet de stades climatisés semble ambitieux…

Ils ont démontré que l'aspect climatique ne posait pas problème, puisqu'ils envisagent de refroidir l'air ambiant ou couvrir les enceintes sportives. Ce sera une très belle Coupe du monde, qui présente l'avantage de regrouper les dix sites dans un tout petit rayon géographique. On pourra aller d'un site à l'autre en moins de cinq minutes. Et quand on parle de stade on regarde si le public est assis confortablement. Et ce sera le cas. Au Qatar, le foot se regarde comme une pièce de théâtre. Le foot est avant tout un spectacle avec des gens qui payent. C'est une nécessité de mettre ceux qui assistent aux rencontres dans le plus grand confort.  

En termes d'engouement on ne risque pas d'avoir une Coupe du monde terne dans ce pays?

Vous savez bien que le spectacle n'est pas assuré par les gens qui vivent sur place. Pour les locaux, il y a toujours peu de places. L'engouement, est lié au climat, à la sécurité, au confort des stades, aux moyens de communication, à l'hôtellerie. Et au tourisme. C'est ça qui fait qu'une Coupe du monde est réussie. De ce côté-là le Qatar va pouvoir assurer. Tout est fait pour les téléspectateurs et non les spectateurs. On se plaint aujourd'hui que le championnat France ne plait pas aux pays asiatiques. Mais quand on met un match à 21h et qu'il est diffusé à 4h du matin en Asie, ils ne vont pas acheter les droits. Les anglais ou les Italiens font plus de recettes puisqu'ils jouent dans l'après-midi. Le monde du sport est un monde de téléspectateurs. Et la Coupe du monde organisée au Qatar aura le même impact qu'une autre.