Moussa Sissoko a enfinremonté la pente

Nicolas Stival

— 

Après plusieurs matchs à droite, le milieu a retrouvé l'axe, son poste de prédilection.
Après plusieurs matchs à droite, le milieu a retrouvé l'axe, son poste de prédilection. — F. LANCELOT/SIPA

Alain Casanova devrait reconduire demain (19 heures) contre Caen la formation victorieuse d'Auxerre (1-2), dimanche dernier. En Bourgogne, le TFC (12e de L1) a mis un terme à trois défaites d'affilée. Les Normands (18es) restent sur cinq revers, avant cette 16e journée. Les hommes de Franck Dumas s'enfoncent vers la L2 et la forme retrouvée du milieu international Moussa Sissoko (21 ans, 3 sélections) ne devrait pas les inciter à l'optimisme. Après un début de championnat difficile, entre blessure et émergence du duo Didot — Devaux qui l'a repoussé sur le flanc droit, le colosse toulousain (1,87 m, 83 kg) a signé à Auxerre son « meilleur match cette saison », Dans l'axe, « le poste où j'arrive à faire le plus de différences. » Face à l'AJA, Sissoko a signé un raid de 60 mètres sans opposition, à l'origine du but de Santander.

Oncle, agent et confident
« Avoir un tel boulevard devant soi, c'est rare, sourit-il. Si les Caennais me donnent la même opportunité, je serais ravi. Mais ils vont d'abord vouloir bien défendre, puis essayer de marquer sur une de nos erreurs ou sur coup de pied arrêté. » Au cours de la mini-crise qu'il vient de traverser, Sissoko est resté serein : « Je discute beaucoup avec mon oncle, qui est aussi mon agent. J'arrive à assumer les bons et les mauvais moments. » « Moussa a dû digérer pas mal de choses, plaide Casanova. Il a été sélectionné en août (contre la Norvège, sans jouer) et n'a plus été rappelé depuis. Ensuite, notre milieu de terrain a su trouver ses marques en son absence. Il lui a fallu être patient. » Maintenant, place à l'action. W