Le Stade au soutien de ses Bleus

Nicolas Stival

— 

Thierry Dusautoir, capitaine des Bleus et de Toulouse, est l'objet de nombreuses critiques à l'issue de la tournée d'automne.
Thierry Dusautoir, capitaine des Bleus et de Toulouse, est l'objet de nombreuses critiques à l'issue de la tournée d'automne. — A. REAU/SIPA

Samedi, Toulouse, leader du Top 14 et champion d'Europe en titre, ira défier le champion de France clermontois en Auvergne. Cette alléchante affiche se jouera sans les sélectionnés stadistes : le Samoan Johnston, les Argentins Vergallo et Albacete et les Français Dusautoir, Servat, Millo-Chluski et Jauzion. « Ils ont besoin de récupérer physiquement et surtout mentalement, donc ils seront en vacances cette semaine », explique Jean-Baptiste Elissalde, l'entraîneur des arrières Rouge et Noir. Le cas des quatre Bleus, atomisés par l'Australie (16-59), samedi à Saint-Denis, est forcément le plus commenté. « J'espère que cette défaite ne va pas trop endommager leur moral et leur enthousiasme », lance le troisième ligne centre Louis Picamoles, l'un des « oubliés » du staff tricolore. « Les joueurs qui étaient au Stade de France sont en difficulté, reprend Elissalde. William d'un point de vue physique, après un mauvais coup [sur la tête], et Titi [Dusautoir] est bien sûr très meurtri en tant que capitaine. On va les accompagner pour les soulager. »

Dusautoir, capitaine « exemplaire »
Le taiseux Dusautoir manquerait d'emprise sur ses coéquipiers, selon certains observateurs. « J'ai évolué à ses côtés et “Titi” est exemplaire, il l'a toujours prouvé, assène JBE. C'est le capitaine de l'équipe de France. Bien sûr, il a sa part de responsabilités, mais il l'assume. Maintenant, il va partir une semaine en vacances, où il veut, pour être mort de faim à son retour. » Alors qu'il avait critiqué l'encadrement tricolore la semaine passée, Elissalde ne souhaite pas hurler avec les loups. « Tirer sur Marc [Lièvremont], sur le capitaine ou sur d'autres joueurs serait déplacé, relève-t-il. J'étais dans l'équipe de France contre les All Blacks à Lyon [victoire néo-zélandaise, 3-47 le 11 novembre 2006]. Quelques mois plus tard, on a réussi à les battre, certes miraculeusement, en quart de finale de la Coupe du monde [20-18, le 6 octobre 2007]. » W