Bordeaux: Alou Diarra, tout simplement" heureux" de revenir

© 2010 AFP

— 

Le choc entre Bordeaux (7e) et le leader Lille samedi lors de la 15e journée de L1, sera marqué par le retour d'Alou Diarra six semaines après avoir bousculé l'arbitre du match à Auxerre, capitaine girondin "heureux" et impatient de tourner la page.

La suspension:

"Pour moi, cela a été très long. Je n'étais pas blessé, juste suspendu. On a l'impression d'être inutile. Cela a été difficile de ne pas les aider, de ne pas leur donner un coup de main. Ma sanction est logique, je l'ai assumée, mais je vais de l'avant. Je suis un personnage public, je m'attendais à l'ampleur médiatique démesurée mais logique, surtout après la Coupe du monde où on nous demandait un état d'esprit irréprochable. Il faut donner l'exemple. J'ai pris mon mal en patience et aujourd'hui je suis très heureux de retrouver mes collègues, j'ai hâte".

La bousculade:

"En cinq semaines et demie, j'ai bien compris que l'arbitre était in-tou-cha-ble. En cas de situation +chaude+, je sais que je dois m'écarter le plus loin possible. Cela ne va pas tout remettre en question, je suis un joueur de tempérament, je sais que j'ai fauté mais je suis un être humain. J'ai eu ce mauvais réflexe, il n'y a pas eu de calcul et l'arbitre ne s'est jamais senti agressé. Aux plus jeunes, j'ai dit de ne jamais avoir ce réflexe".

L'état de forme:

"Cela fait cinq semaines que je n'ai pas touché à la compétition, l'entraînement ne remplace pas la compétition. J'ai beaucoup d'envie mais au niveau du rythme il ne faut pas s'attendre à des percées de 50 m. C'est comme si c'était une nouvelle saison. Physiquement et psychologiquement, cela m'a permis de récupérer. Je me trouve assez frais mais il va falloir que j'enchaîne quelques matches pour retrouver mes sensations. J'espère que mon envie compensera le manque de compétition. Contre l'Angleterre (avec l'équipe de France, ndlr) après 20 minutes de jeu, j'avais l'impression d'être sur une autre planète".

La valeur du groupe:

"Il y a eu progression. Avec de nouveaux joueurs, un nouveau staff et une autre philosophie de jeu, il a fallu s'adapter et cela a pris un peu de temps. Maintenant on se connaît mieux. On a encore une marge de progression, on a les moyens de réussir, mais il faut qu'on ne se relâche pas, qu'on se remette en question chaque semaine. Je ne sais pas si Bordeaux préfère les gros, mais j'ai l'impression qu'on aborde mieux ces matches. Physiquement on est prêt, psychologiquement et techniquement on fait peu d'erreurs. Je pense que c'est mental. J'ai aimé la réaction du groupe avec les deux victoires qu'on a enchaînées, après le nul contre Valenciennes et la défaite contre Brest à domicile. A nous de nous habituer à la victoire et continuer cette bonne série".

Le classement actuel:

"C'est bluffant. On est à deux défaites à domicile, on n'y a pas pris beaucoup de points et on est à deux points du leader, c'est surprenant. Cela veut dire que tout le monde a sa chance. Lille, Saint-Etienne, Rennes (les trois futurs adversaires, ndlr) sont pratiquement des concurrents directs. A nous d'engranger des points sur ces trois rencontres. Cette saison, on ne nous voit pas trop. C'est une place idéale. L'année du titre (2009), on ne nous voyait pas trop et finalement on a surpris tout le monde avec notre série de victoires. Il ne faut pas être trop décroché du groupe de tête. Il faut être à l'affût".