l'année de la maturité lilloise ?

françois launay

— 

Michaël Landreau, le gardien lillois, reconnaît que l'expérience a des avantages mais aussi son lot d'inconvénients.
Michaël Landreau, le gardien lillois, reconnaît que l'expérience a des avantages mais aussi son lot d'inconvénients. —

Quand ils pensent avoir atteint le sommet de leur carrière, les chanteurs râbachent le thème de l'album de la maturité. Pour les footballeurs, la comparaison tient aussi, mais sous forme de saison. Après avoir couru derrière la première place ces deux dernières années, le Losc a su enfin saisir sa chance dimanche. Grâce... à la maturité. « On est mieux armé quantitativement. On avait parfois du mal ces dernières saisons dans les matchs importants. Mais cette année, on a gagné en expérience », concède Ludovic Obraniak, le milieu de terrain lillois. Déjà prometteur la saison dernière, Lille confirme cette année avec quasiment les mêmes joueurs.

Expérience et inconvénients
Surtout que les rares recrues ont apporté un vrai plus. Moussa Sow ne s'arrête plus de marquer et David Rozenhal rassure en défense. « Il y a des choses qui ont évolué. Et puis, on a aussi une année supplémentaire. L'an passé on a joué en Ligue Europa à Liverpool ou à Fenerbahce. ça nous a fait progresser », reconnaît Michaël Landreau, le gardien lillois. Même si ce surplus d'expérience a aussi ses inconvénients. « Les joueurs sont plus sollicités en équipe nationale que l'an dernier, comme Adil [Rami], qui est devenu titulaire en équipe de France. Il y a l'enchaînement des matchs à digérer et la pression à gérer. Lyon et Marseille ont déjà l'habitude de ce genre de choses. Nous moins », détaille le portier lillois. Le Losc a encore six mois pour apprendre.