Rugby: l'imprévisible ouvreur de l'Australie, Quade Cooper

© 2010 AFP

— 

Il est le rêve d'un entraîneur... ou son cauchemar: l'ouvreur de l'Australie, Quade Cooper, catalogué "génie" pour ses gestes aussi spectaculaires qu'inattendus, brille aussi par ses retentissants oublis en défense ou ses frasques judiciaires hors du terrain.
Il est le rêve d'un entraîneur... ou son cauchemar: l'ouvreur de l'Australie, Quade Cooper, catalogué "génie" pour ses gestes aussi spectaculaires qu'inattendus, brille aussi par ses retentissants oublis en défense ou ses frasques judiciaires hors du terrain. — Gianluigi Guercia afp.com

Il est le rêve d'un entraîneur... ou son cauchemar: l'ouvreur de l'Australie, Quade Cooper, catalogué "génie" pour ses gestes aussi spectaculaires qu'inattendus, brille aussi par ses retentissants oublis en défense ou ses frasques judiciaires hors du terrain.

"C'est un joueur splendide à voir évoluer, assez impulsif, avec un instinct extraordinaire capable, sur une sensation, de se lancer avec son style de jeu particulier", estime l'entraîneur des trois-quarts français Emile Ntamack.

L'entraîneur néo-zélandais des Wallabies, Robbie Deans, est, lui, plus partagé.

Il a lancé le joueur en sélection à 20 ans, le 8 novembre 2008 contre l'Italie, et l'a vu marquer l'essai de la victoire (30-20) à peine dix minutes après son entrée en jeu. Il l'a déplacé du centre à l'ouverture l'été dernier et Cooper a écarté tout seul la menace anglaise lors du premier test-match à Perth (27-17) avec deux essais et une pénalité. Puis à nouveau contre l'Irlande (22-15) avec un essai en conclusion d'un slalom entre trois joueurs.

Lors du dernier Tri-Nations, le joueur des Queensland Reds a gratifié ses partenaires --et le public-- d'un démarrage culotté qui a laissé sur place l'ailier néo-zélandais Cory Jane (22-23, 11 septembre) ou de passes spectaculaires à une main face aux Springboks (30-13, 24 juillet).

Mais il a aussi été suspendu pour deux matches pour un plaquage dangereux sur Morne Steyn lors du même match face à l'Afrique du Sud, comme un symbole de son mode de défense, souvent montré du doigt.

Robbie Deans l'a publiquement rappelé à l'ordre il y a deux semaines après la défaite (18-35) en Angleterre. "On ne peut pas continuer avec (les plaquages manqués) qu'on a vus ce week-end. La meilleure solution serait que Quade la trouve lui-même", déclarait, dépité, l'entraîneur national à la presse australienne.

La Fédération australienne (ARU) s'est battue pendant de longs mois pour conserver son prodige courtisé par le rugby à XIII, le sport-roi aux Antipodes.

Selon la presse locale qui a relaté le feuilleton tout l'été, le club treiziste de Parramatta lui aurait proposé un contrat allant jusqu'à 3,2 millions de dollars australiens (2,3 M EUR) sur quatre ans.

Le joueur a finalement prolongé en septembre d'un an son contrat avec l'ARU --pour une somme estimée à 600.000 dollars australiens (430.000 euros)-- affirmant se "concentrer sur la Coupe du monde" 2011 en Nouvelle-Zélande.

La Fédération est habituée à gérer la star Cooper, couvée dans les sélections de jeunes et qu'elle a vu éclater à 18 ans en Super-14.

Le joueur a notamment été impliqué l'hiver dernier dans une obscure affaire. Un propriétaire avait affirmé l'avoir vu avec un complice dans sa maison cambriolée. La police, arrivée sur les lieux peu après, avait arrêté le joueur dans le quartier. La victime a finalement retiré sa plainte après une médiation.

Cooper a une nouvelle fois fait parler de lui fin juin, lorsqu'il fut arrêté au volant d'une voiture alors que son permis avait été suspendu. Bref ! il est aussi imprévisible pour son entraîneur que pour ses adversaires. Aussi, l'encadrement du XV de France a décidé de lui mettre sur le dos samedi au Stade de France ses deux "chasseurs de N.10", Fulgence Ouedraogo et Thierry Dusautoir.