Ligue 1: Lyon se replace en dominant Lens

FOOTBALL Menés à la pause, les Lyonnais sont revenus à la faveur d'une belle seconde période...

A Lens, François Launay

— 

Le Lensois Sébastien Roudet pris dans l'étau lyonnais, symbolisé ici par Jérémy Toulalan et Pape Diakhaté, le 21 novembre 2010, lors du match Lens-Lyon.
Le Lensois Sébastien Roudet pris dans l'étau lyonnais, symbolisé ici par Jérémy Toulalan et Pape Diakhaté, le 21 novembre 2010, lors du match Lens-Lyon. — REUTERS/Pascal Rossignol

Lyon s’est fait peur. Malmenés pendant 45 minutes à Lens, les hommes de Claude Puel ont su rectifier le tir en deuxième période pour s’éviter une remise en question (1-2, score final). Si le jeu lyonnais a longtemps frisé le néant, les entrées de Gourcuff et Lisandro à la pause ont tout changé.

Avec ce succès en terre nordiste, Lyon poursuit sa série de sept matchs sans défaite. Et si les questions sur le niveau réel de l’OL sont toujours d’actualité, les hommes de Claude Puel s’en moquent. Huitièmes de Ligue 1, le club rhodanien n’a plus que deux points de retard sur le nouveau leader lillois.

Après un début de saison raté, Lyon est bel et bien revenu dans la course. Pour Lens, la belle série est terminée. Après cinq matchs sans défaite, les Sang et Or ont rechuté. 19es, les protégés de Jean-Guy Wallemme restent dans le rouge même si hier ils ont longtemps cru à l’exploit.

Lisandro et Gourcuff décisifs

Au coup d’envoi, les Sang et Or auraient pu remercier Claude Puel. En laissant Gourcuff et Lisandro sur le banc, le coach lyonnais s’est privé de sa force offensive. Résultat: Vedran Runje, le gardien lensois a sans doute passé la première mi-temps la plus tranquille de sa saison.

Jamais inquiété, Lens en profite pour surprendre les Lyonnais quand Akalé ajuste Lloris du gauche (24e). Devant le désastre qui s’annonce, Puel modifie ses plans à la pause. Lisandro et Gourcuff rentrent et changent tout. Gomis, d’une belle volée, égalise (63e), Lovren touche le poteau (69e), avant que Gourcuff offre le doublé à la tête de Gomis (73e).

Sonné, Lens n’a plus rien à proposer et Lisandro en profite pour enfoncer le clou en fin de match (88e). Passé en une mi-temps de l’ombre à la lumière, l’OL peut remercier ses chères stars.