Masters de Londres: Djokovic, la tête en Serbie

TENNIS A Londres, le Serbe ne cache pas qu'il jouera en pensant à la finale de la Coupe Davis...

R.S.

— 

Le serbe Novak Djokovic, après sa défaite contre Michael Llodra, le 11 novembre 2011 à Bercy.
Le serbe Novak Djokovic, après sa défaite contre Michael Llodra, le 11 novembre 2011 à Bercy. — B.Tessier/REUTERS

A douze jours de la finale de la Coupe Davis, Novak Djokovic a parfois du mal à masquer une pointe de schizophrénie. Son statut de numéro 3 mondial lui permet de défier Berdych, lundi en phase de poule du Masters, avant de s'attaquer à Nadal et Roddick. Mais il n’a pas attendu d’être à Londres pour sérier ses priorités de la fin de saison. Cela a toujours été clair, Djoko pense avant tout à offrir un premier saladier à son pays. L’événement a tendance à l’obséder. Il lui pompe même pas mal d’énergie.

«Ce n’est pas facile de se concentrer exclusivement sur ce Masters… Une telle opportunité de jouer pour son pays, face à son public, pour une finale aussi importante, ne se représentera pas tous les jours.» En revanche, le Serbe connaît bien la mécanique du Masters, une compétition où il a tout de même une place de demi-finaliste à défendre et qu’il dispute pour la quatrième fois consécutive. Ce qui lui arrivera ici «ne sera que du bonus». Sûrement pas l’aboutissement d’une fin d’année réussie.

Avant le rendez-vous de Belgrade, toute la question est de ne pas y laisser trop de plumes. Ces dernières semaines, Djoko a beaucoup donné, même s’il ne s’est pas toujours mis en quatre pour gagner ses matchs. Michaël Llodra en a bien profité en quart de finale de Bercy. Au soir de sa défaite, la star de la Serbie se réjouissait juste de pouvoir souffler. Mettre à profit ses dix jours de coupure pour recharger les batteries. En tentant de ne pas les vider tout de suite.