Rugby: après l'Argentine, quasiment la même équipe de France affrontera l'Australie

© 2010 AFP

— 

Le remplacement d'Imanol Harinordoquy par Fulgence Ouedraogo est le seul changement opéré par les entraîneurs du XV de France pour affronter l'Australie, samedi en conclusion de la tournée automnale pour une amélioration de la copie jugée satisfaisante contre l'Argentine.
Le remplacement d'Imanol Harinordoquy par Fulgence Ouedraogo est le seul changement opéré par les entraîneurs du XV de France pour affronter l'Australie, samedi en conclusion de la tournée automnale pour une amélioration de la copie jugée satisfaisante contre l'Argentine. — Franck Fife afp.com

Le remplacement d'Imanol Harinordoquy par Fulgence Ouedraogo est le seul changement opéré par les entraîneurs du XV de France pour affronter l'Australie, samedi en conclusion de la tournée automnale pour une amélioration de la copie jugée satisfaisante contre l'Argentine.

Ce seul changement dans le groupe de 23 joueurs, signe d'une évidente et nouvelle volonté de continuité, a posé un vrai "cas de conscience" à l'entraîneur français Marc Lièvremont.

"Imanol était capitaine contre les Fidji, remplaçant contre l'Argentine et aujourd'hui (dimanche), il sort du groupe. C'est vrai que c'est dûr pour lui mais on a confiance en sa capacité à rebondir. Et il est vrai qu'on attend davantage de lui que les deux matches qu'il a livrés", a déclaré l'entraîneur français.

Ouedraogo, "joueur de rupture, chasseur de dix par excellence", n'avait pas été retenu, pour son plus grand regret, pour affronter les Pumas dans sa ville de Montpellier.

Malgré une déception publiquement exprimée et un savon infligé par Lièvremont en début de semaine dernière, son retour était programmé pour défier les Wallabies mais la profusion de talents au sein de la troisième ligne française signifiait immanquablement l'éviction d'un joueur important.

"Mais avec la bonne performance de Sébastien (Chabal) et de Julien Bonnaire" contre les Argentins, il y avait une forme de cohérence, même si c'est évidemment dur pour Imanol d'être le seul à quitter le groupe", a précisé Lièvremont.

Titulaire pour la première fois au centre de la troisième ligne, son poste préféré, Chabal a été "presque caricatural avec ses charges en début de match mais ça l'a mis en confiance", a souligné Lièvremont, tandis que son adjoint en charge des avants, Didier Retière, a estimé que le barbu avait "fait monter d'un cran la concurrence."

Hormis ce changement notable, les entraîneurs français, globalement satisfaits de la prestation de leurs troupes contre les Pumas, solides en défense, entreprenants mais guère récompensés de leurs efforts, ont continué d'appliquer leur feuille de route arrêtée en début de tournée.

Après les nombreux changements opérés à l'issue de la victoire contre les Fidji, ils ont décidé de "resserrer le groupe pour travailler un peu plus sur la cohérence et les repères communs", dixit Lièvremont. Les Toulousains Maxime Médard ou encore David Skrela, qui pouvaient espérer un retour, devront donc patienter.

Au rayon des insatisfactions, l'entraîneur français a notamment cité "du déchet dans la gestion du jeu par la charnière" pour la première fois formée par Morgan Parra et Damien Traille mais aussi la mêlée qui, pour performante qu'elle fut, n'a "pas été suffisamment utilisée comme rampe de lancement" de jeu.

Malgré la nette baisse de régime des Français en seconde période face aux Pumas, l'encadrement français semble avant tout soulagé de la victoire contre la bête noire argentine quatre mois après la déroute (13-41) de Buenos Aires.

Reste à présent à battre un autre épouvantail, l'Australie, seule nation que le XV de France version Lièvremont n'est encore jamais parvenu à battre en quatre confrontations depuis 2008. Le véritable test de cette tournée d'automne avant de basculer définitivement vers le Mondial-2011.