MARSEILLE: Gignac frustré malgré la victoire

FOOTBALL Le buteur de l'OM est resté muet malgré la victoire phocéenne contre son ancien club, Toulouse...

A Toulouse, Nicolas Stival

— 

Le Marseillais André-Pierre Gignac face à Sochaux, le 25 septembre 2010
Le Marseillais André-Pierre Gignac face à Sochaux, le 25 septembre 2010 — K.VILLALONGA/SIPA

La mâchoire serrée, André-Pierre Gignac est passé en trombe devant les journalistes, avant de quitter le Stadium de Toulouse et de s’engouffrer dans le car marseillais. Depuis de longues semaines, l’attaquant international de 24 ans, passé du TFC à l’OM fin août, boude la presse. Mais en ce samedi soir de victoire, il boude tout court. « Il est très déçu de ne pas marquer quel que soit le club en face, relativise Didier Deschamps, l'entraîneur des champions de France. Je ne peux pas lui en vouloir car il a été taquiné par son ancien public, il a envie d’être décisif et a fait beaucoup d’efforts. »

A la pointe de l’attaque phocéenne, Gignac, dont les actions ont été accueillies par un curieux cocktail de sifflets et d’applaudissements, a tout tenté pour tromper Matthieu Valverde. Reprise de la tête et du pied droit, action individuelle, coup franc aux 16 mètres dans l’axe repoussé par… son coéquipier Mathieu Valbuena, puis repris dans les gants du portier toulousain.

Actif, énervé mais stérile

Très nerveux, il s’en est pris à Valbuena avant cette dernière action de la soixante-et-onzième minute, mais aussi à ses anciens « potes » Etienne Capoue et Fodé Mansaré, au point d’écoper d’un carton jaune de M. Duhamel, pourtant très coulant samedi soir… A défaut de marquer, le Provençal aurait pu être passeur décisif après avoir chipé le ballon dans les pieds de Mauro Cetto puis Franck Tabanou, en première mi-temps. C’est finalement Cesar Azpilicueta qui s’est chargé de l’offrande sur la tête d’André Ayew, à deux minutes du terme du match. Le Ghanéen inscrit son quatrième but en L1 cette saison.

Le compteur de Gignac, auteur par ailleurs d’un triplé chez les faiblards Slovaques de Zilina (0-7) en Ligue des Champions, reste bloqué à un. « Dédé est un grand joueur, assure Ayew. Il a fait un grand match, il s’est battu. Il sait que l’important, c’est le collectif. » « Il doit être déçu, mais il a fait un match très intéressant, juge le gardien Steve Mandanda. Il a gardé le ballon, s’est bagarré, a provoqué des choses. Il est sur la bonne voie. » Reste à savoir si ce chemin mènera à une titularisation mardi à Moscou, lors du match décisif face aux Russes du Spartak.