Dédé Gignac mise sur son clanpour reprendre son envol

Romain CANUTI

— 

Pour reprendre son envol sur le terrain, André-Pierre Gignac compte sur son clan.
Pour reprendre son envol sur le terrain, André-Pierre Gignac compte sur son clan. — P. Magnien / 20 Minutes

Sifflé samedi dernier au Vélodrome, où il n'a toujours pas marqué, attendu au tournant demain au Stadium lors du déplacement de l'OM à Toulouse, son ancien club, André-Pierre Gignac n'en finit pas de focaliser les regards et les attentes. Mais le Martégal a une recette pour évacuer la pression : se ressourcer en toute sérénité au sein de son clan à Fos-sur-Mer. Dans son fief de l'étang de Berre, il retrouve son cocon, à savoir une douzaine de cousins et d'amis d'enfance qui le suivent à la trace.

Il pique dans les cacahuètes
Un clan qui l'emmène se changer les idées au bowling au lendemain de la défaite à Paris. Et qui le chambre sur sa manie de piocher systématiquement dans le bol de cacahuètes. Un nid douillet qu'il rejoint au plus vite à la fin des entraînements. « Il faut le comprendre, André-Pierre, il a toujours été très famille», explique son père, comme pour s'excuser de l'autisme de son fils. Pour cet ancien footballeur, l'entourage est d'ailleurs la meilleure façon de réussir. « Il a la stabilité qu'il faut. A Toulouse, il était bien, il avait ses copains. Mais là, il est avec des gens qui le connaissent depuis le début. Il est sûr qu'ils ne trichent pas avec lui. Il n'a pas de pression. Moi par exemple, quand il le faut, je le laisse tranquille.» Et selon lui, il faudrait que certains en fassent de même : « Il n'y a pas de crise. Il fait ses matchs. Quand l'OM cartonne à Lille, il est impliqué dans les trois buts. » Il ne manque plus qu'à convaincre le public phocéen qui préfère, pour l'instant, ressasser l'histoire de Smaïl Zidane, qui n'avait jamais voulu voir son fils jouer à l'OM par peur de voir ses fréquentations tout gâcher.

André-Pierre Gignac retrouvera demain le TFC où il a évolué durant trois saisons (2007-2010). Peu en verve avec l'OM, l'attaquant est très motivé pour rebondir sur la pelouse du Stadium. Un risque pour Deschamps : « ce n'est jamais évident, psychologiquement, de revenir dans un stade et devant un public dont on a défendu les couleurs pendant plusieurs années. On a toujours envie de très bien faire, de trop bien faire même...»