Equipe de France: Vers une «décision claire» dans l'affaire des primes

FOOT Laurent Blanc veut enfin mettre un terme à la polémique...

B.V.

— 

Les joueurs de l'équipe de France, lors de la grève de l'entraînement à Knysna, le 20 juin 2010.
Les joueurs de l'équipe de France, lors de la grève de l'entraînement à Knysna, le 20 juin 2010. — REUTERS

Laurent Blanc a pris ses responsabilités. Lui qui voulait voir «toutes les affaires rappelant Knysna soldées le plus vite possible», a œuvré en ce sens, lundi, dans l’affaire des primes. «J’ai provoqué la discussion» entre les joueurs concernés, a expliqué le «Président» lors de sa conférence de presse londonienne, lundi soir. «On se dirige vers un accord, une décision claire. Les joueurs ont pris des engagements.» Laconique, le sélectionneur des Bleus n’a pas précisé la nature de l’accord, dans l’attente de la réunion entre Fédération, joueurs et encadrement, lundi dans la soirée.

>> Tout comprendre sur l'affaire des primes
 
Reste à savoir de quelles primes les joueurs parlent. «On était tous d’accord pour abandonner les primes sur la période des matchs amicaux de préparation à la Coupe monde, affirme Florent Malouda. C'est logique, nous avons déconné. Le malentendu porte sur la période de qualification (2008-2010).» Car si Florent Malouda juge «qu’on ne mérite pas ces primes-là», d’autres mondialistes, comme Hugo Lloris, estiment suffisant d’abandonner les bonus du mondial, et en aucun cas ceux de la campagne de qualification (la plus grosse part du gâteau). La Fédération, qui a promis de tout reverser au football amateur, a quant à elle tablé sur l’abandon de toutes les primes.