Fabrice Estebanez, un débutant treize attendu avec le XV de France

RUGBY Le Briviste qui va connaître samedi sa première sélection a un parcours très atypique...

Alexandre Pedro

— 

Les deux premiers principes ont amené la première sélection du centre Fabrice Estebanez (28 ans) et du pilier Jérôme Schuster (25 ans).
Les deux premiers principes ont amené la première sélection du centre Fabrice Estebanez (28 ans) et du pilier Jérôme Schuster (25 ans). — Franck Fife AFP

A 29 ans, Fabrice Estebanez arrive enfin à destination. Entre itinéraires bis et déviations imprévues, le Briviste a crû ne jamais enfiler le maillot du XV de France. Blessé lors du dernier tournoi, Estebanez devait faire ses débuts internationaux pour la tournée en Afrique du Sud et en Argentine mais le refus de son club de le libérer pour l'équipe de France à VII lui avait coûté la sélection. «Pour Fabrice, c'était le bal des occasions manquées lors du dernier Tournoi et avant la tournée de juin», reconnaît le sélectionneur Marc Lièvremont.

Arrière, centre, ouvreur voire ailier en cas d’urgence, Estebanez est un peu l’homme à tout faire du rugby tricolore. Mais c’est comme premier centre que les entraîneurs de l’équipe de France souhaitent le tester. «C’est le poste où j’ai le plus de repères», constate l’intéressé. La polyvalence de d’Estebanez ne se limite pas à au choix de son poste. Dans une première vie, le natif de Carcassonne a porté connu deux autres carrières: à VII et surtout à XIII où il compte 25 sélections. «Au fond de moi, je suis quinziste. Le XIII c’était juste une parenthèse», justifie-t-il.

«Je trouvais dommage qu’il parte en Pro D2»

Laissé sur le bord de la route par le rugby à XV à l’âge de 23 ans, Estebanez va rebondir chez le cousin treiziste où il fait le bonheur de Limoux puis du Toulouse Olympique. Mais comme le XIII ne nourrit pas son homme en France, il a aussi la tête dans les tuyaux comme plombier pour boucler ses fins de mois. En 2006, Estebanez décidé de revenir à ses premiers amours et accepte la proposition de Gaillac. «A l’époque, je trouvais dommage qu’il parte en Pro D2, regrette Carlos Zaluenco son président à Toulouse. Sa place était en Top 14.»

Le Top 14 justement lui ouvre ses portes l’année suivante quand il débarque à Brive. Estebanez n’a plus de temps à perdre et annonce la couleur à Laurent Seigne, son entraîneur de l’époque: «Je serai international dans trois ans». Pari tenu! Carlos Zaluenco n’a jamais douté des qualités de son ancien protégé: «C’est un bon défenseur avec un bon coup de pied, il est puissant et rapide». Emile Ntamack prend le relais. «Fabrice a une grande qualité technique au niveau de la main et du pied. Il est train de s'épanouir et de trouver ses marques», reconnaît l’entraîneur des lignes arrières du XV de France. Malgré tous ces compliments, Fabrice Estebanez sait qu’à 29 ans, c’est maintenant ou jamais qu’il doit prouver qu’il a la carrure pour devenir un international de rugby à… XV.