L'escrime fait sa révolution de Grand Palais

ESCRIME La Fédération française n'a pas choisi la facilité en investissant ce bâtiment historique pour les championnats du monde...

Alexandre Pedro

— 

Le Grand Palais se prépare à recevoir les championnats du monde, le 3 novembre 2010.
Le Grand Palais se prépare à recevoir les championnats du monde, le 3 novembre 2010. — A.Gelebart / 20minutes

Pour ses championnats du monde, la fédération française d’escrime (FFE) a vu les choses en grand et en majestueux. A partir de samedi à Paris, les plus fines lames de la planète vont croiser le fer sous la nef du Grand Palais. Ewan Le Péchoux (engagé au fleuret) écarquille les yeux au moment d’évoquer cette rencontre inattendue: «On n’a jamais rien fait d’aussi grandiose pour accueillir une compétition d’escrime.»

De l’escrime au Grand Palais et sous sa verrière de 45 mètres de haut, l’idée emballe aussi le président de l’établissement public, Jean-Paul Cluzel. «Nous sommes toujours demandeurs d’événements de qualités et populaire comme ces championnats», souligne l’ancien patron de Radio France.

Pourtant, rien ne destine ce monument construit en 1900 pour l’Exposition Universelle à accueillir des championnats du monde. Locataire d’un bâtiment où le moindre boulon est classé monument historique, la FFE compose avec les contingences de cette salle de sport pas comme les autres. «Chaque organisateur au Grand Palais fait avec les spécificités de ce bâtiment», observe le directeur général du comité d’organisation, Olivier Langlet.

Comment plonger le Grand Palais dans l’obscurité?

Depuis plus d’un an, l’ancien médaillé olympique à l’épée et ses collaborateurs planchent sur la meilleure exploitation possible des 13.500m² à disposition. C’est qu’il faut caser les cinq pistes centrales, des vestiaires, une zone vip, adapter le bâtiment pour aussi accueillir les compétions handisports et dresser des tribunes pouvant accueillir 5.500 personnes. «On aurait pu essayer de mettre plus de spectateurs, mais on est limité par l’espace, explique Langlet. On dit que c’est immense mais après avoir tout installé, le Grand Palais devient presque petit.»

Les organisateurs ont dû aussi se creuser la tête pour assurer l’obscurité qu’exige l’escrime. Pas une mince affaire à réaliser avec une verrière qu’il est interdit de recouvrir. Deux énormes voiles sont donc installées sur les côtés de la nef pour éviter tout éblouissement intempestif en journée. Si lumière il y a, elle doit venir de la piste où les Français et les Françaises ont pour mission de se montrer à la hauteur de l’événement et de son écrin.