Coupe de la Ligue: Paris enfonce Lyon, Marseille intouchable

© 2010 AFP

— 

Sa série brisée dimanche, Paris se relance héroïquement en allant éliminer Lyon mercredi en 8e de finale de la Coupe de la Ligue (2-1 a.p.), replongeant du même coup l'OL dans la crise pendant que Marseille, très réaliste à Guingamp (1-0), rejoint tranquillement les quarts.
Sa série brisée dimanche, Paris se relance héroïquement en allant éliminer Lyon mercredi en 8e de finale de la Coupe de la Ligue (2-1 a.p.), replongeant du même coup l'OL dans la crise pendant que Marseille, très réaliste à Guingamp (1-0), rejoint tranquillement les quarts. — Philippe Merle AFP

Sa série brisée dimanche, Paris se relance héroïquement en allant éliminer Lyon mercredi en 8e de finale de la Coupe de la Ligue (2-1 a.p.), replongeant du même coup l'OL dans la crise pendant que Marseille, très réaliste à Guingamp (1-0), rejoint tranquillement les quarts.

Longs à se mettre en jambes et menés après le 3e but en une semaine de Briand, les Parisiens ont attendu le dernier quart d'heure pour poser des problèmes à l'OL alors que les deux équipes avaient fait appel à leur banc habituel.

De nouveau sous pression, Lyon, qui a multiplié les occasions et touché deux fois les montants, peut regretter de n'avoir pas su plier la rencontre avant.

Mais comme à Dortmund où il avait égalisé en fin de match, le PSG, parfois désespérant de lymphatisme, a réussi à passer enfin devant grâce à Giuly (101). Avant cela, l'égalisation avait été l'oeuvre de Bodmer (86e), rageur après avoir été mis à la porte par Puel cet été.

A l'heure du bilan décidé par Aulas, les prochains jours diront si la venue du PSG a été fatale à l'entraîneur lyonnais. Et même si le PSG a parfaitement réussi à se relancer après avoir stoppé sa série dimanche contre Auxerre, reste maintenant à voir s'il ne paiera pas tous ses efforts à Montpellier.

Son grand rival marseillais, porté par un opportunisme actuel à toute épreuve, a évité une fatigue superflue à Guingamp (1-0). Même si l'OM a encore été ballotté, il a trouvé le moyen de continuer son sans-faute quatre jours après s'être emparé de la 2e place de L1.

Chez le modeste pensionnaire de National, les remplaçants olympiens ont déçu face à des Bretons enthousiastes qui ont seulement manqué de réalisme devant un Andrade qui ne demandait qu'à prendre un but.

L'OM s'en est donc remis à la bonne entente entre les frères Ayew, une passe de Jordan permettant à André d'inscrire le seul but du match, celui qui permet à son équipe de décrocher un 9e match sans défaite de bonne facture avant de finir sa "semaine bretonne" dimanche lors du choc contre Rennes.

Egalement corrigés dimanche en force par ces mêmes Phocéens, Lille a profité de la venue de Caen pour se qualifier (4-1) et relancer la machine après deux défaites nationales.

Si Cabaye a inscrit ses 2e et 3e buts en quelques jours, les Dogues ont cependant bien été aidés par l'exclusion rapide de Nivet (38) et un penalty, qui ont provoqué la chute de Normands convaincus du complot alors qu'ils avaient rapidement égalisé par Yatabaré.

En supériorité numérique, le LOSC, qui a du coup pu reposer ses cadres en vue de la L1, n'a ensuite eu aucun mal à contrôler le scénario du match.

Dans le dernier 8e, Auxerre s'est éloigné d'un début de saison souffreteux en dominant (4-0) Bastia, le 2e pensionnaire de National qui occupe la tête de son championnat.

Avant le 1er doublé ajaïste de Sammaritano, la tardive recrue estivale, Quercia avait en effet lancé les Bourguignons sur de bonnes bases en ouvrant le score dès la 8e minute. Affamé par de long mois passés à se soigner, il avait déjà retrouvé le chemin des filets dimanche au Parc.