Une lutte à corps et à Gries

A Gries, Floréal Hernandez

— 

ries ne s'est pas renié contre les pros de Chalon, hier soir, en 32e de finale de la Coupe de France. Certes, le BCGO n'a pas réussi à briser l'élan des Bourguignons (94-73), mais il a tenu le choc avec ses moyens. « D'habitude, on s'entraîne le mardi soir », fait remarquer le meneur Pierrick Lazare.

« Une belle petite saison se profile »
Un petit regret pointe du côté du BCGO. « Avoir trop respecté les Chalonnais dans le premier quart-temps. On n'a fait que deux fautes », remarque Olivier Bady, l'entraîneur du BCGO. Et les Chalonnais virent déjà en tête (32-21). Les Bas-Rhinois ont été étouffés par le rythme imposé des pros. « On a vu les trois divisions qui nous séparent. On n'a pas leur niveau physique et sur la durée, l'impact et la dureté diminuent, les déplacements sont plus difficiles », reconnaît Fabien Kaerle, auteur de 14 points. L'adresse à trois points (11/27) des Chalonnais a aussi plombé le BCGO. « A chaque fois qu'on revenait un peu, ils en claquaient un derrière », note Lazare. Si le score a gonflé pour Chalon, les Griesois n'ont jamais abandonné. « Tant qu'on était à -15, on était dans le match, lance Bady. On a été dedans 39 minutes. C'est dommage qu'on finisse à -21. Je suis relativement satisfait de notre match. Très satisfait même, je ne vais pas faire la fine bouche. Il peut nous donner confiance pour la suite. » Fabien Kaerle prédit : « Si on continue comme ça, une belle petite saison se profile. » Premier élément de réponse, samedi, face à Kaysersberg, autre éliminé alsacien de la soirée.

Kaysersberg chute

Kaysersberg n'a pas réédité l'exploit de Souffel' face à Dijon (Pro B). Piégés par les Bas-Rhinois (88-78) en 2009, les Bourguignons ont battus difficilement les Haut-Rhinois (66-61), hier soir.