valenciennes étrille boulogne

françois launay

— 

Gaëtan Bong, qui porte Rémi Gomis dans ses bras, a inscrit un des quatre buts du VAFC.
Gaëtan Bong, qui porte Rémi Gomis dans ses bras, a inscrit un des quatre buts du VAFC. — M. LIBERT / 20 MINUTES

N'en déplaise à Philippe Montanier, la logique a été respectée. Avant le match, l'entraîneur valenciennois avait annoncé que Boulogne (Ligue 2) partait favori de ce derby. Une intox qui n'a pas plus du tout à Laurent Guyot. « Valenciennes était favori et pas nous. Il ne faut pas prendre les gens pour des imbéciles », s'est énervé le coach boulonnais après la rencontre. Car hier le VAFC, vainqueur 4-0, est devenu la première équipe à faire tomber l'USBCO cette saison. Même si les Valenciennois n'ont pas eu à forcer leur talent contre une équipe maritime largement remaniée. Sept changements à Boulogne, cinq à Valenciennes, la Coupe de La Ligue est bien celle des remplaçants.

Le grand soir d'Aboubakar
Et dans ce genre de match où chaque joueur veut montrer qu'il mérite une place de titulaire, Vincent Aboubakar a tiré son épingle du jeu. Un but de la tête (11e minute), deux autres du plat du pied (65e, 83e) l'attaquant valenciennois, muet depuis son arrivée, a dévoilé son gros potentiel. « C'est un beau hat-trick mais il ne faut pas que ça lui monte à la tête », a tempéré Philippe Montanier. L'international camerounais de 18 ans peut aussi remercier son compatriote Gaëtan Bong double passeur mais aussi buteur (37e).
Et Boulogne dans tout ça ? Rien hormis un poteau d'Atik (68e). La priorité des joueurs de Laurent Guyot est bien le championnat. De son côté, Valenciennes peut commencer à rêver. Trois ans après, le club va disputer à nouveau un quart de finale en Coupe de la Ligue. L'air de rien, le Stade de France n'est plus qu'à deux marches.