Laurent Blanc: «On est en train de créer quelque chose»

INTERVIEW Le sélectionneur de l'équipe de France savoure la première place des Bleus après trois journées de qualification...

Propos recueillis par Romain Scotto

— 

Laurent Blanc lors d'une conférence de presse, le 31 août 2010
Laurent Blanc lors d'une conférence de presse, le 31 août 2010 — SICHOV/SIPA/

Ravi de la performance de ses joueurs qu'il a salué collectivement après leur victoire face à la Roumanie (2-0), le sélectionneur confirme que la reconstruction de son groupe est en marche...

Si le match s’était arrêté à la 81e minute, quel discours auriez-vous tenu?

Je ne vais pas réfléchir à cela. Il se passe beaucoup de choses dans les dernières minutes d’un match. L’équipe y a toujours cru, elle ne s’est jamais découragée. Cet état d’esprit me plaît beaucoup. J’ai félicité tous mes joueurs. Vue la qualité du travail effectué cette semaine, tout le monde aurait mérité d’être sur la feuille de match.

L’équipe a gardé son calme jusqu’à l’ouverture du score de Rémy. C’est une preuve de maturité?

Sur l’instant, oui. A l’avenir, nous verrons. Avant le match, on disait que cette équipe manque d’expérience. Ce n’est pas un match de plus qui change beaucoup les choses. On a rencontré une équipe rigoureuse qui ne prend pas de risque. On ne s’était pas créé beaucoup d’occasions très, très franches avant la mi-temps. J’ai demandé à mes joueurs d’être patients. Puis le match s’est débridé en deuxième mi-temps. La fraîcheur physique de l’équipe a fait la différence.

Avez-vous demandé à vos joueurs de prendre plus de risques offensifs en deuxième mi-temps?

Il y avait plus d’espaces. Les lignes roumaines étaient très serrées en première mi-temps. Après, on fait rentrer des dribbleurs et des joueurs qui profitent de la profondeur. On a préconisé des gens qui ont de la rapidité, «des jambes», comme on dit. C’est ce qui a payé avec Loïc (Rémy). Les joueurs ont tout donné. Il suffit de voir dans quel état physique ils finissent ce match. Moi, je dis qu’il faut jouer les matchs à 14. Comme je l’ai dit aux joueurs, certains ont très bien fait ce qu’ils avaient à faire pendant une heure. Cela a profité à ceux qui sont entrés derrière. On est en train de créer quelque chose. Il y aura des périodes délicates, alors pour l’instant on savoure.

Quelle importance accordéz vous à cette première place dès la 3e journée?

On est preneurs. On sait que les éliminatoires durent un certain temps. Après le Luxembourg à Metz il y aura une coupure. Ce serait bien d’occuper la première place pendant cette période là. Cela augmentera notre confiance. Après, tous les clubs reprendront les droits sur les joueurs. Les prochains matchs éliminatoires auront lieu en mars. Ça fait loin.

Allez-vous faire tourner, pour le match de mardi face au Luxembourg?

On verra. Il faut prendre en considération la fraîcheur physique. On va voir les ressentis. On va voir s’il n’y a pas de blessure. A priori non. Il est important dans un match d’avoir une bonne fraîcheur physique pour avoir un bon résultat. Il ne serait pas impossible qu’il y ait mardi des nouveaux joueurs sur la pelouse.