Contador va porter plainte contre plusieurs médias pour diffamation

CYCLISME Le triple vainqueur du Tour de France est suspendu à titre provisoire après un contrôle «anormal»...

avec AFP

— 

Alberto Contador lors de l'arrivée du Tour de France, le 27 juillet 2010
Alberto Contador lors de l'arrivée du Tour de France, le 27 juillet 2010 — JAVIER LIZON/EFE/SIPA

Alberto Contador va porter plainte contre plusieurs médias et sites internet ayant diffusé des informations diffamatoires contre lui, a annoncé vendredi le porte-parole du coureur soupçonné de dopage après un résultat «anormal» à un contrôle.

«L'équipe juridique d'Alberto Contador entamera des poursuites judiciaires contre toute information diffamatoire publiée jusqu'à présent par divers médias et sites internet», a indiqué le porte-parole dans un communiqué, précisant qu'il en serait de même pour les éventuelles publications à venir.

Contador est suspendu à titre provisoire après la révélation d'un résultat «anormal», avec des traces minimes d'un produit interdit, le clenbutérol (un bêta-stimulant), lors d'un contrôle antidopage pendant le Tour de France qu'il a remporté cet été pour la troisième fois.

Transfusion entre le Dauphiné et le Tour?

Plusieurs médias ont avancé depuis que des résidus plastiques typiques des poches de transfusions sanguines auraient été retrouvés dans les urines du coureur espagnol.

Le magazine belge Humo, citant une source anonyme «proche de l'équipe Astana» de Contador, a accusé vendredi le coureur d'avoir prélevé son sang en vue d'une transfusion entre le Dauphiné Libéré (mi-juin) et le Tour de France (juillet), et d'avoir utilisé le clenbutérol pour perdre du poids.

«Alberto Contador dément catégoriquement la véracité des informations publiées par certains médias et réaffirme son innocence, comme l'ont prouvé les rapports scientifiques fournis à l'UCI et rendus publics, et comme le confirme son passeport biologique», poursuit le communiqué de son porte-parole.

«Le coureur demande aux autorités sportives et particulièrement à l'UCI (Union cycliste internationale) de résoudre de manière rapide cette affaire, puisque c'est la meilleure manière de mettre fin aux spéculations et aux informations fausses et diffamatoires», conclut-il.