Le « H » veut se doper au bruit

hand Le public du HBC Nantes pourtant nombreux - est-il trop mou ?

David Phelippeau

— 

Tuzolana a bien conscience que l'ambiance à Mangin va suivre la courbe des résultats.
Tuzolana a bien conscience que l'ambiance à Mangin va suivre la courbe des résultats. — F.ELsner / 20minutes

Et si la meilleure affluence de France (près de 2 500 spectateurs de moyenne) n'avait pas assez d'influence ? Samedi soir, pour la réception d'Ivry, Mangin-Beaulieu devrait encore faire le plein. « Un véritable privilège », selon Thierry Anti, qui n'avait jamais vu un tel engouement en deux décennies. Pourtant, l'ambiance à Mangin, en ce début de saison, ne convainc pas tous les joueurs.

Un appel lancé pour la suite...
« Quand je suis arrivé l'année dernière, le public était plus présent, se souvient Audray Tuzolana. J'aimerais retrouver ça. Que nos supporters deviennent un moyen de pression sur l'adversaire et l'arbitre. Qu'ils puissent faire basculer un match. Ce public est capable de le faire ! » Le capitaine Rock Feliho attribue cela à la « jeunesse du « H » au plus haut niveau ». L'expérience récente des deux joueurs en Allemagne, pays réputé pour ses chaudes ambiances, explique aussi ces reproches. « C'est dans la culture aussi, reconnaît Feliho. En Allemagne, c'est la sortie du week-end. Et là-bas, le public est excité par la bière ! » Tuzolana lance alors un appel : « Il faudrait que les adversaires ne se sentent pas à l'aise à Nantes, qu'ils n'aiment pas venir ici ! » Sans tomber toutefois dans l'extrême inverse, c'est-à-dire un match au Portugal durant lequel l'ailier avait failli recevoir une pile sur la tête...

Ivry, « du lourd »

Le HBC Nantes (5e) accueille Ivry (7e), demain soir, 20 h 30 (4e journée de D1). « C'est du lourd ! », estime le coach Thierry Anti, qui sera privé du pivot Andy Pijulet (coup au genou).