Les Gallois ont l'habitudedes grands rendez-vous

Cédric SKRZYPCZAK avec S. D.

— 

L'ailier Shane Williams sera une des armes des Ospreys demain au stade Mayol.
L'ailier Shane Williams sera une des armes des Ospreys demain au stade Mayol. — REX / SIPA

L'antre de Mayol s'annonce chaud bouillant pour la réception des Ospreys demain (14 h 35) lors de la 1re journée de Heineken Cup. Vainqueur de la Celtic League, les Gallois s'annoncent comme un adversaire redoutable pour Toulon dans cette poule 3, où le RCT devra aussi se frotter au Munster et aux London Irish.

« On est des puceaux »
Bienvenus dans le monde fabuleux de la plus prestigieuse des Coupes d'Europe ! « La H-Cup, c'est un rugby différent. Tout va plus vite. Il faut être propre, discipliné, efficace. Un match de H-Cup remplace peut-être dix ou douze entraînements. Pour l'apprentissage de notre groupe, c'est super », lance le manager varois Philippe Saint-André.
Ce haut niveau, les coéquipiers de l'ailier vedette Shane Williams le connaissent parfaitement pour avoir atteint les quarts de finale de la H-Cup à trois reprises ces trois dernières années. Un vécu des grands rendez-vous que ne possèdent pas les Varois. Et cela pourrait faire toute la différence. « On est des puceaux dans cette compétition. On sait que ça va être difficile », concède PSA. Et pour cause : « Les Ospreys c'est 60 % du Pays de Galles avec en plus quelques All Blacks, c'est donc du très haut niveau, renchérit-il. C'est une équipe qui a une 3e ligne de grande qualité avec Collins [l'ex-Toulonnais] et Holah. Ils sont très puissants devant, ils ont un ailier très solide qui joue en perforation, un autre très rapide, et puis derrière il y a Byrne, l'arrière du Pays de Galles. C'est aussi une équipe qui met beaucoup de temps de jeu et d'intensité. Mais on peut leur poser des problèmes. » Pour ça, Mayol est prêt à jouer le 16e homme.