Togo: L'ex-entraîneur à l'origine du match truqué suspendu pour trois ans

FOOT Bana Tchanilé avait planifié un match face à Bahreïn avec une fausse équipe…

La rédaction sport, avec AFP

— 

La fausse équipe de Togo face à Bahrein, le 7 septembre 2010
La fausse équipe de Togo face à Bahrein, le 7 septembre 2010 — AP/SIPA

Le Comité intérimaire de gestion du football togolais a suspendu pour une durée de trois ans, Bana Tchanilé, ex-entraîneur de la sélection nationale, soupçonné d’avoir organisé le match Bahreïn-Togo disputé le 7 septembre à Manama, a-t-on appris lundi de source officielle. «Après les investigations, il s’est avéré que l’organisation, la préparation et le suivi de ce match ont été planifiés par Bana Tchanilé sans l’accord ni l’adhésion des autorités», assure un communiqué du Comité intérimaire de gestion, structure ayant provisoirement remplacé la Fédération togolaise de football (FTF), dissoute par la Fifa.

Un récidiviste

«M. Tchanilé est interdit de toutes activités relatives au football pour une période de 3 ans et des investigations sont en cours, afin de situer les responsabilités de tous ceux qui sont impliqués dans cette affaire et que des sanctions subséquentes soient prises à leur encontre», précise le communiqué.

Une enquête a été ouverte depuis jeudi dernier par les autorités togolaises sur ce supposé déplacement de la sélection nationale à Manama ponctué par un match amical (défaite du Togo 3-0).  «Le Togo n’a pas envoyé sa sélection nationale de football à Bahreïn. Pour preuve, l’équipe nationale revenait de Gaborone, après son match contre le Botswana pour le compte des éliminatoires de la CAN-2012», a déclaré un responsable du Comité intérimaire qui a requis l'anonymat.

Tchanilé n’en ait pas à son coup d’essai puisque le mois dernier, il avait déjà écopé de deux ans de suspension de l'encadrement technique des sélections nationales, pour avoir participé avec son centre de formation à un tournoi de jeunes en Egypte, du 26 juillet au 4 août, en utilisant des maillots aux couleurs nationales sans l'autorisation des autorités togolaises.